Objectif 2030 pour la station de ski de Chamrousse qui vise le 100 % énergies renouvelables. Cinquante ans après les trois médailles d’or de Jean-Claude Killy aux Jeux Olympiques de Grenoble, la station pose la première pierre, début 2018, d’une opération de rénovation ambitieuse qui doit en faire la plus verte des stations de ski française.

A 1650 mètres d’altitude, la station d’Isère va refaire entièrement plus de 77 000 m2, avec le concours de l’agence d’urbanisme grenobloise Aktis.
Au programme, des logements, des commerces, des hôtels, un centre aquatonique, un téléphérique reliant la station à Grenoble…. Mais surtout une station ultra connectée, avec un smart grid pilotant sa production et sa consommation énergétique avec un objectif bas carbone.

Le projet de Chamrousse déploiera « un schéma énergétique ambitieux global 100 % ENR réunissant une ferme photovoltaïque, des panneaux solaires thermiques, un réseau d’électricité verte, une chaufferie biomasse cogénération avec réseau de chaleur, un dispositif de récupération de chaleur sur eaux grises et enfin une centrale de stockage d’électricité sous forme d’hydrogène » assure Laurent Gaillard, architecte et urbaniste d’Aktis. Le projet a été labélisé par le gouvernement, en 2016, « démonstrateur industriel pour la ville durable ». Le coût de cet investissement est estimé à 250 millions d’euros…

Posts similaires:

Be Sociable, Share!