Eraole, l’avion du futur, est un hybride solaire et biocarburant.
Cet avion de demain a déjà réalisé son premier vol d’essai en octobre 2016, depuis l’aérodrome de Cergy-Pontoise.

Six années de travaux ont été nécessaires à son concepteur, Raphaël Dinelli, au sein de son laboratoire Océan Vital, pour mettre au point ce biplan hybride. Ses quatre ailes recouvertes de 1728 cellules photovoltaïques, fournissent à Eraole de quoi couvrir la moitié de ses besoins en énergie, stockée dans deux batteries lithium de 12 kilos chacune. Le reste provient du biocarburant qui fait tourner une petite centrale thermique qui alimente elle aussi les batteries.

Pendant un temps Raphaël Dinelli s’est tourné vers un carburant issu de micro-algues et développé par la société Fermentalg mais il s’oriente désormais vers d’autres biocarburants de deuxième génération, issus de déchets végétaux, à l’instar de ceux développés par le programme BioTfuel, dont nous avons déjà parlé ici.
Si le biplan français vole sur les traces de Solar Impulse, l’avion solaire suisse, tout distingue les deux appareils. L’avion 100% solaire a une envergure de 70 mètres, l’avion hybride français fait figure de moucheron avec ses 14 mètres. Mais question performance il n’a guère à rougir affichant une vitesse de croisière de 140 km/h (la moyenne de jour du Solar Impulse 2 pendant son tour du monde était d’environ 90 km/h).
Eraole devrait tenter la traversée de l’Atlantique dès l’année prochaine, si le soleil et les biocarburants sont au rendez-vous !

Posts similaires:

Be Sociable, Share!