La Norvège a du pétrole et des EnR. Le royaume scandinave est en train d’installer des plateformes off-shore solaires et de se doter de la plus grande centrale éolienne d’Europe !

Le petit eden nordique, dont la population bénéficie du plein emploi et d’un des niveaux de vie les plus élevés du monde fait la part belle aux énérgies renouvelables. Malgré ses importantes ressources en hydrocarbures qui en font le principal producteur européen de pétrole, le pays est aussi tourné vers les énergies renouvelables qui comptent pratiquement pour la moitié (41%) de sa production d’énergie primaire, même si la totalité ou presque (97%) de sa production électrique provient des centrales hydroéléctriques.

Depuis 2000, l’éolien s’y envole, passant d’une production annuelle de 31 GWh à 2 217 Gwh en 2014 : un chiffre qui bientôt exploser puisque le pays est en train de se doter de la plus grande centrale éolienne terrestre d’Europe. Six fermes éoliennes alignant 278 turbines d’une capacité totale de 1000 mégawatts (soit une production de 3400 GWh/an !) sont en cours de construction dans les environs de Trondheim et devraient entrer en service en 2020. Le projet est porté par le producteur d’électricité Statkraft et des partenaires norvégiens et suisses.

Mais la grande nouveauté provient d’une petite startup, Ocean Sun cofondé par Øyvind Christian Rohn, qui a passé deux décennies sur les plateforme pétrolières off-shore. L’entrepreneur, soutenu par Innovation Norway, une structure publique de soutien à l’innovation, propose en effet de créer des plateformes solaires flottantes. Loufoque au pays du soleil de minuit ? Pas si sûr : la Norvège a connu une croissance des installations de panneaux solaires de 366% en 2016. La belle lumière rasante hivernale fonctionne relativement, d’autant que le froid améliore la performance des panneaux photovoltaïques.

Depuis mai 2017, Ocean Sun teste, à Osterøy, à côté de Bergen, sur une installation de pisciculture, un pilote constitué de 24 panneaux solaires. Ces cellules flottantes ont permis d’alimenter une ferme et de tester le procédé. Dès l’année prochaine, une installation plus importante devrait voir le jour. Le procédé est particulièrement intéressant pour les fermes piscicoles, souvent situés dans des endroits isolés qui peuvent désormais se passer de diesel comme de raccordement au réseau. Mais Øyvind Christian Rohn lorgne bien au-delà des frontières du royaume norvégien, même si sa technologie solaire flottante prépare déjà l’après-pétrole de son pays.

Posts similaires:

Be Sociable, Share!