Vous souvenez-vous de l’Alcyone, le bateau du commandant Cousteau équipé d’une turbovoile (on vous en avait parlé ici) ?
Cette technologie de propulsion éolienne, qui repose sur un phénomène appelé effet Magnus, connaît un second souffle grâce aux finlandais de NorsePower qui équipent des ferries, des paquebots, des cargos, et des tankers avec ces drôles de mats à vent.

La première utilisation de l’effet Magnus pour propulser des navires au moyen de gros cylindres verticaux remonte à 1924, avec le Buckau, un schooner ainsi modifié par l’allemand Anton Flettner. Tombé en désuétude, ce mode de propulsion a été remis au goût du jour par les finlandais de NorsePower, qui s’en servent pour réduire les consommations de fuel (d’environ 10 %), ou en complément d’un moteur électrique.

Les mats à vent sont des cylindres d’une trentaine de mètres de haut qui tournent avec les vents latéraux et génèrent une force perpendiculaire au vent (c’est le fameux effet Magnus : cette poussée s’explique par la dissymétrie que crée la rotation du cylindre dans l’écoulement de l’air autour de sa paroi).

Les finlandais de NorsePower ne sont pas les seuls à redécouvrir ce mode de propulsion, le cargo E-Ship 1 du fabricant allemand d’éoliennes Enercon dispose aussi de quatre rotors de type Flettner qui lui permettraient d’économiser jusqu’à 40% de carburant.

Posts similaires:

Be Sociable, Share!