Pour chauffer son hôtel de ville entièrement rénové, la ville de Chartres a opté pour la géothermie sur sondes, ce qui lui permet en outre de récupérer les calories de ses systèmes informatiques pour se chauffer en hiver.

Si le bâtiment a été dessiné par le célèbre cabinet d’architectes Willmotte, le système de chauffage innovant du tout nouveau pôle administratif de Chartres à été conçu par le bureau d’étude Delage & Couliou. Les 26 sondes géothermiques enfoncées à 150 m dans le sol alimentent en calories des pompes à chaleur. Mais ces pompes à chaleur sont aussi alimentées, à hauteur de 64%, par les calories dégagées par les salles informatiques. Une chaudière à gaz, qui sert de solution de secours, contribue, à hauteur de 1%, au chauffage du bâtiment.

En été la chaleur des équipements informatiques est injectée dans les sondes géothermiques, un stockage dans le sol qui permet d’améliorer le rendement du cycle de chauffage suivant. Evidemment les pompes à chaleur permettent aussi de produire du froid et de climatiser le bâtiment. La production de froid par les PAC et les sondes avoisine les 74%, des refroidisseurs adiabatiques se chargent du reste, pour une puissance cumulée de 860 MWh/an.

Associé à une isolation ultra-performante et à une ventilation double-flux, ce dispositif permet d’éviter le rejet de 79 tonnes de CO2 par an. Certifié HQE, le nouveau pôle administratif devrait être livré, et inauguré, au printemps 2018. Côut de la facture : 36 millions d’euros !

Posts similaires:

Be Sociable, Share!