PICODON CAVET

Pour affiner ses fromages de chèvre et son fameux Picodon, la Maison Cavet utilise des capteurs solaires thermiques. Explications.

picodon3

«Nous collectons du fromage frais et l’affinons pour produire notamment du Picodon AOP, explique Jean-Christophe Cavet qui dirige aujourd’hui l’entreprise familiale. L’affinage est très énergivore puisqu’il nécessite de produire toutes les ambiances, le froid, le sec, le chaud, l’humide. Dès 2009, nous avons fait réaliser un diagnostic énergétique pour trouver un moyen de réduire nos factures d’électricité pour les groupes froids, et de fioul pour la production de chaleur. Parmi les options, le solaire thermique a retenu plus particulièrement notre attention puisque la période de production de fromage de chèvres, de mars à juin, bénéficie d’un bon ensoleillement ».

PANNEAUX A VENIR

Grâce à une importante subvention du Fonds Chaleur de l’Ademe (près de 54 000€ pour un coût total de 88 000 €), la Maison Cavet a installé 90 m2 de panneaux thermiques Clipsol autovidangeables. Mais elle a aussi récupéré, via un ballon d’eau chaude, les calories de ses groupes froids. Et installé un système de pilotage pointu pour la régulation de ce mix énergétique qui fait appel à un système hydraulique complexe combinant deux réseaux et des échangeurs à plaques.

SCHEMA CLIPSOL

« L’installation a eu lieu fin 2015, et nous avons passé l’année 2016 à effectuer différents réglages avec en plus une météo pas très favorable… Heureusement 2017 s’annonce bien : en sept mois nous avons déjà économisé 6000 litres de fioul, soit notre objectif annuel », se réjouit Jean-Christophe Cavet. Et l’affineur a réduit de 18 tonnes par an ses émissions de gaz à effet de serre. Aujourd’hui, l’énergie nécessaire à l’affinage de ses Picodons est issue à 15% de la récupération de la chaleur de la centrale froid et à 35% par le soleil de la Drôme provençale !

Posts similaires:

Be Sociable, Share!