CH_20120927_053.jpg

Quand on triture des graines de colza pour produire du Diester, le biodiesel français, on génère, pour un litre de biocarburant, environ 1,5 kilos de tourteau de colza. Ce tourteau, très riche en protéines végétales, est utilisé pour nourrir les animaux d’élevage, et en particulier les vaches laitières.

vaches

« Le tourteau de colza, comparé au tourteau de soja, a un impact positif sur la qualité nutritionnelle du lait qui va être enrichi en acides gras insaturés, et dont les acides gras saturés vont être réduits. Outre ces effets sur le profil en acide gras des produits laitiers, le tourteau de colza a aussi des bénéfices organoleptiques : des beurres, plus faciles à tartiner ou encore des camemberts plus onctueux et de yaourts plus crémeux » explique Benoît Rouillé, expert en nutrition des vaches laitières à l’Institut de l’élevage et animateur du Comité National des Coproduits.
Il cite notamment des études de l’INRA et des Chambres d’Agriculture de la Manche et de la Haute Marne.

Cours colza soja

En termes d’économie, le tourteau de colza est aussi plus avantageux que celui de soja : depuis plusieurs années, son prix à la tonne est largement inférieur à 70% de celui du tourteau de soja. En outre le tourteau de colza augmente la production de lait brut d’environ 0,6 kg/VL/jour. Mais les vaches laitières ne sont pas les seules à en profiter, puisqu’aujourd’hui bovins, ovins, caprins, et même porcins se mettent au colza. « On pourrait, s’il y avait assez de volume, techniquement s’affranchir du tourteau soja pour les ruminants » note Benoît Rouillé qui pointe, au niveau national, l’intérêt économique du colza qui permet d’améliorer l’autonomie alimentaire à l’échelle française.

Made in France 2

«De ce point de vue, le biodiesel Diester a fait du bien à l’agriculture, en augmentant les volumes disponibles et en fournissant une matière première locale à un prix intéressant pour les éleveurs » souligne-t-il. Du point de vue de l’environnement, le tourteau de colza affiche aussi un bilan carbone bien plus positif que celui du soja. Une tonne de tourteau de colza émet 8 à 9 fois moins de CO2 qu’une tonne de tourteau de soja. La graine de colza est récoltée et triturée en France où elle parcourt en moyenne 130 km, tandis que la graine de soja, brésilienne ou argentine, traverse les océans et parcourt plus de 10 000 kilomètres ! Enfin le soja est souvent OGM, ce qui conduit les éleveurs à se tourner vers le colza lorsque leurs productions sont labellisées, à l’instar de certains fromages AOP comme le Comté ou le Morbier ou de filières de viande de qualité. Avec le tourteau de colza, le biodiesel Diester fait aussi du bien à nos assiettes !

Posts similaires:

Be Sociable, Share!