pilote-biotfuel

Ce 9 décembre 2016, Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat, inaugure à Dunkerque, sur le site de l’ex-raffinerie des Flandres, l’une des deux unités pilotes du projet BioTfueL destiné à développer la technologie de production des biodiesel et biokerosène de deuxième génération issus de la biomasse.

img_4926

Le projet BioTfueL, qui regroupe six partenaires leaders dans leurs secteurs (Avril, Axens, le CEA, IFP Energies nouvelles, ThyssenKrupp et Total), consiste à mettre au point l’ensemble de la chaîne de procédés, depuis la transformation de la biomasse ligno-cellulosique (paille, résidus forestiers, coproduits agricoles…) jusqu’à la production de biodiesel et de biokérosène.

29_biotfuel_fr_nol_1_0

Au cours du projet, le consortium vise en particulier à trouver les conditions de process offrant les meilleures performances technico-économiques (investissement, rendement matière, flexibilité) et environnementales (consommations énergétiques, émissions de CO2). L’enjeu est de taille puisque les biocarburants produits, biodiesel et biokérosène, devront démontrer un bilan environnemental avec plus de 90% de réduction des émissions de gaz à effet de serre par rapport aux carburants conventionnels.


BioTfueL site pilote de Venette par FLPA1

Le premier pilote, l’unité de torréfaction de la biomasse, est installé en Picardie, sur le site du Groupe Avril à Venette. Ce site a déjà hébergé le premier pilote de production du biodiesel Diester® dans les années 90.
Douze types de biomasses ligno-cellulosiques vont y être testées. Elles seront torréfiées dans un four à des températures comprises entre 250°C et 300°C pour les rendre fragiles et cassantes afin de suivre la suite du process à Dunkerque.
Sur ce second site appartenant à Total, la biomasse va suivre le reste du traitement thermochimique, c’est à dire la gazéification dans un gazéifieur de 15 mégawatts, conçu par le sidérurgiste allemand ThyssenKrupp, puis la purification et la synthèse. Le procédé de synthèse, appelé Fischer-Tropsch, convertit le gaz de synthèse purifié en un mélange d’hydrocarbures. Ce procédé étant d’ores et déjà disponible commercialement, il ne fait pas l’objet de travaux de R&D du projet BioTfueL.

L’objectif global reste néanmoins est ambitieux : mettre au point les process à une dimension semi-industrielle afin de commercialiser la technologie de production des biodiesel et biokérosène de 2nde génération à partir de 2020.


BioTfueL par FLPA1

L’inauguration du site de Dunkerque marque une étape importante après 5 années de Recherche et Développement et un investissement de 112,7 millions d’euros pour les six partenaires.

Posts similaires:

  • VASCO 2 transforme les fumées en algues
    Sujets traités > ArcelorMittal, biocarburant, CEA, Codelp, Fos-sur-mer, fumées, Helio Pur Technologies, Ifremer, Inovertis, Kem One, LyondellBasell, micro-algues, Port de Marseille-Fos, Solamat-Merex, Total, VASCO 2

  • Sète roule au biodiesel
    Sujets traités > Avril, Biodiesel, diester, Jean-Philippe Puig, Saipol, Sète

  • Avril au Grand Palais
    Sujets traités > Avril, biodiesl, diester, Grand Palais, Solutions COP21

Be Sociable, Share!