conrad-colman-forsight-natural-energy-1

Le Vendée Globe est sans doute la plus prestigieuse des courses en mer : un tour du monde en solitaire, sans assistance et sans escale qui se déroule tout les quatre ans. Au départ de l’édition 2016, un skipper néo-zélandais basé à Lorient, Conrad Colman, a rajouté un défi au défi, un exploit dans l’exploit : il réalise la course sans la moindre énergie fossile.

foresight-natural-energy

Tandis que tous ses concurrents utilisent des moteurs thermiques et du fioul pour produire l’électricité nécessaire aux instruments de bord, notre navigateur a opté pour un moteur électrique alimenté par un film photovoltaïque intégré à sa voile et une hydrolienne repliable. Son Imoca 60 de 18 mètres, le Forsight Natural Energy est donc le seul voilier zéro émission engagé dans la régate.

La voile a été réalisée par Solar Cloth System, une entreprise de Mandelieu-la-Napoule, que nous avons déjà évoqué ici. L’hydrogénérateur OceanVolt est une hélice tripale amovible, relié à un moteur électrique.
« Quand le bateau avance bien, j’appuie sur un petit bouton qui ouvre l’hélice du moteur qui peut alors produire entre 1 et 5 kilowatts d’énergie ! Cela recharge mes batteries Super B et me donne une autonomie très importante. Ça veut dire que je peux planifier mes périodes de charge et ne pas m’embêter quand il n’y a pas assez de vent pour ouvrir l’hélice, car je veux réduire la trainée dans l’eau », explique Conrad Colman, qui vient de dépasser l’Afrique du Sud et se maintient en bonne position dans cette course autour du monde (au moment où nous écrivons cet article il est douzième, sur 29 skippers au départ et 22 marins encore en lice).

Vous pouvez suivre sa course en direct sur son blog, sur le site du Vendée Globe et sur les réseaux sociaux. Parmi ses partenaires, nos amis de Futura Sciences, qui lui consacrent régulièrement des articles. N’hésitez pas non plus à l’encourager directement via twitter @conradcolman !

Posts similaires:

Be Sociable, Share!