Outre-Atlantique, les biocarburants ont la cote et les acteurs économiques qui en témoignent sont de plus en plus nombreux.
Ainsi, la US Navy vient d’annoncer avoir effectué un vol alimenté entièrement au biokérosène. Le 1er septembre 2016, un Boeing EA-18G Growler a ainsi procédé à un vol d’évaluation avec un carburant totalement dépourvu de composants fossiles. Du décollage à l’atterrissage, l’avion s’est comporté sans qu’il soit possible de noter la moindre différence avec une propulsion conventionnelle au kérosène issu du pétrole.

growler

Le biokérosène est produit à base d’huiles végétales au moyen d’une hydro-catalyse. L’entreprise qui a conçu le procédé a également mis au point un biodiesel testé en août 2016 par un navire de défense de la Navy, là aussi avec une incorporation de 100%. La Navy a ainsi démontré pouvoir, sur mer et dans les airs, se passer de pétrole.

boat-navy

Derrière la prouesse, la réalité : d’ores-et-déjà, la totalité des appareils de la Navy, avions ou navires, sont certifiés pouvoir fonctionner avec un mélange 50/50 de carburant conventionnel et de biocarburants : objectif qu’ils devront atteindre d’ici 2020.
Les retombées sur l’industrie civile sont immédiates : United Airlines opère un vol utilisant 30% de biokérosène entre Los Angeles et San Francisco.
Bonne nouvelle pour la planète : par rapport au pétrole, ces biocarburants affichent des réductions des émissions de gaz à effet de serre de l’ordre de 80% !

Posts similaires:

Be Sociable, Share!