camions-fonroche

Un étrange ballet a arpenté cet été les rues de Valence et de huit communes voisines. Quatre gros camions blancs ont circulé au ralenti, s’arrêtant tous les vingt-cinq mètres pendant deux à trois minutes, pour faire vibrer le sol comme de grosses machines à laver en mode essorage.

principe-sismique-reflexion

L’objet de ce remue-ménage ? La recherche d’aquifère, de nappes d’eau chaude souterraines exploitables pour la géothermie.


Valence mise sur la géothermie

Valence dispose déjà d’un réseau de chauffage urbain et d’une chaufferie centrale, indispensables pour profiter des calories du sous-sol. La société Fonroche qui s’est livrée, entre août et septembre 2016 à cette échographie géante, a déjà obtenu son permis de forage et compte produire, grâce aux eaux souterraines, de quoi alimenter ce réseau en eau chaude tout en générant au passage de l’électricité.

schema-cogen-geothermie

En décembre 1979, la ville de Valence avait fait l’objet d’une campagne vibrosismique semblable. Cette campagne avait permis de conclure à la présence, à 3500 mètres de profondeur, dans les couches géologiques du Jurassique supérieur, d’un aquifère dont les températures étaient évaluées entre 100°C et 115°C. A l’issue de cette première campagne, un forage a été effectué permettant d’obtenir, à 3666 m de profondeur une eau à 141°C mais avec un débit très faible… Ce forage exploratoire n’a pas été exploité.

brgm-sismique-1979

Près de quarante années plus tard, en 2016, Fonroche compte pouvoir disposer en surface, grâce à un doublet géothermique et un forage à plus de 4000 m de profondeur, d’une eau entre 130°C et 150°C avec un débit de 350 m3/h. L’emplacement pressenti pour le forage se trouverait à proximité du futur centre pénitentiaire de Valence, quartier Briffaut. Cette énergie devrait permettre à 10 000 logements et entreprises de la région de voir baisser leur facture de chauffage.

Posts similaires:

Be Sociable, Share!