ciel-et-terre-jpn

Les panneaux solaires aiment les plans d’eau. Une étude espagnole vient de démontrer que leur installation au-dessus des canaux hydrauliques augmentait leur performance. Comment ? En utilisant, bien sûr, l’eau du canal pour les nettoyer et les refroidir. On le sait peu, mais les cellules solaires n’aiment pas la chaleur… Autre bénéfice : placés au-dessus des canaux, les panneaux parviennent aussi à limiter l’évaporation. Un test a été mené sur la canal Tajo-Segura avec l’installation de 290 700 panneaux, produisant un total de 82 MW. L’expérience a démontré qu’entre les économies d’eau (226 000 € par an !), le rendement supérieur des panneaux (6,57 GWh par an) et l’augmentation de leur durabilité, l’installation, d’un coût de 248 millions d’euros, était amortie en 15 ans. Une belle synergie qui devrait donner des idées.

ciel-et-terre-godley

La société française Ciel&Terre s’est spécialisée dans les centrales solaires flottantes, bien avant d’avoir eu connaissance des résultats espagnols. Nous vous en avions déjà parlé ici en 2013. Depuis elle exporte sa technologie dans le monde entier : Angleterre, Etats-Unis, Brésil, Taiwan, Chine et surtout Japon où les installations se succèdent, toujours plus imposantes.

apercu-de-la-centrale-de-137-mw-du-barrage-de-yamakura

Ainsi la dernière en date, construite par Kyocera occupe 180 000 m² sur le site du barrage de Yamakura dans la préfecture de Chiba, au Sud-Est de Tokyo. Avec 51 000 modules photovoltaïques japonais et la technologie made in France de Ciel&Terre, elle devrait produire annuellement 16 170 MWh, l’équivalent de la consommation électrique de près de 5000 foyers ! Son exploitation devrait démarrer en 2018.
Quand on vous dit que le soleil et l’eau font bon ménage…

Posts similaires:

Be Sociable, Share!