GEPS_Octopusea-SMILE_GEPS_EDM_22_06_016_

Du côté de Caen, au large de Luc-sur-mer, une drôle de bouée mesure la qualité des eaux du littoral. Signe particulier : elle puise son énergie dans le mouvement des vagues.

SMILE EN MER

Joliment appelée SMILE (pour Système de Mesure Instrumenté Littoral pour L’Environnement), cette bouée cofinancée par le FEDER européen et l’Agence de l’eau Seine Normandie et co-conçue par l’Université de Caen et l’Ifremer est unique en son genre. Elle fonctionne en effet en récupérant l’énergie de la houle. Trois années de tests à Sainte-Anne du Portzic et plusieurs prototypes ont été nécessaires pour développer ce pilote houlomoteur, avec le concours de GEPS Techno. Bardée de sondes, de capteurs, d’instruments météo, la bouée SMILE collecte de nombreuses données : la composition de l’eau, le développement du phytoplancton, les mouvements des courants, la composition chimique de l’eau, sa salinité, sa teneur en oxygène…

« L’Ifremer, avec les Agences de l’eau, a notamment pour mission la surveillance de la qualité des eaux littorales. Nous nous intéressons plus particulièrement aux aspects physico-chimiques et biologiques. Nous utilisons un réseau constitué de multiples points de surveillances, plus d’une trentaine pour le seul littoral normand par exemple, explique Florence MENET, Expert-Chercheur en Chimie Marine du Laboratoire Environnement Ressources de Normandie de l’IFREMER. Des bouées comme SMILE, autonomes et équipées de multiples capteurs, nous permettent de surveiller précisément et facilement des zones à fort enjeux, telles que l’estuaire de la Seine ou la côte est du Cotentin. On peut imaginer qu’elles préfigurent les réseaux d’observation et de surveillance de demain ! ».

Posts similaires:

Be Sociable, Share!