Arbre a vent Roland Garros

Et si on profitait des internationaux de France de tennis pour jeter un œil sur les installations énergétiques de Roland Garros ? Visite guidée en compagnie d’Anne Chassagnette, directrice Responsabilité Environnementale et sociétale du Groupe Engie, dont l’ambition est claire : devenir le leader européen de la transition énergétique.

Embleme Arbre a vent

Emblème de cette volonté : l’arbre à vent qui orne les murs du pavillon Engie, dans le village de Roland Garros, mais qui surtout, grandeur nature (8 mètres de haut !), offre aux fans de tennis, juste à côté du court central, la possibilité de recharger leurs portables. La machine conçue par New Wind et financée par la fondation Engie a fière allure. Malgré la pluie battante, ses feuilles-turbines tournent silencieusement et alimentent les casiers de recharge mis gratuitement à disposition du public.

arbre a vent charge

L’énergéticien ne se contente pas de ce sympathique symbole éolien. Il fournit aussi à l’ensemble du stade de tennis une électricité garantie 100% EnR. «Nous nous appuyons pour cela sur notre offre Engie AlpEnergie qui propose aux entreprises et aux collectivités une énergie issue principalement de la production hydraulique mais aussi solaire », explique la directrice Développement Durable, qui indique au passage que la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique d’Engie ne va faire qu’augmenter, énumérant des recherches et des projets dans le stockage, le biogaz, le solaire…

engie_corpo_solaire_873x300

« Nous avons levé 2,5 milliards d’euros sous forme de Green Bond, des obligations qui financent exclusivement des projets dédiés au développement des énergies renouvelables et à l’efficacité énergétiques », explique Anne Chassagnette. A une échelle plus modeste, le groupe n’hésite pas non plus, via par exemple sa filiale la Compagnie du vent à recourir au financement participatif pour des projets éoliens ou solaires, « pour permettre aux citoyens de s’approprier les solutions EnR ».

Court central

Mais retournons sur le central, toujours sous la pluie. Ou plutôt, à l’abri, sous le central. Car c’est là que se dissimulent, au deuxième sous-sol, sous les cuisines, les installations de chauffage, de climatisation et de ventilation de Roland Garros.

eau glacee

Gaëtan di Palma est le capitaine de cette usine souterraine pour Cofely : « Une boucle d’eau froide, 8 m3 à 10°C, sert à la climatisation des installations et au refroidissement des groupes froids des cuisines », explique-t-il, avant de nous faire découvrir, dans la salle suivante, la centrale d’air destiné aux rafraichissement des tribunes du court central, qui abritent VIP et journalistes pendant les matchs.

Air soufflé

« Un triac, un régulateur d’intensité, pilote les batteries électriques pour nous permettre de maîtriser au degré près les températures de l’air que nous insufflons », décrit le technicien. Aujourd’hui, tout le système est électrique, mais il est déjà prévu, avec les travaux d’extension à venir et le nouveau stade, d’opter pour un système plus performant, avec un réseau de chaleur qui récupérerait la chaleur fatale des groupes froids… Mais chut… il est trop tôt pour en parler…
En tous cas, à Roland Garros, pour les Enr, c’est jeu, set et match !

Posts similaires:

  • L’arbre à vent
    Sujets traités > Arbre à vent, Cité des Télécoms, Claudio Colucci, Jérôme Michaud-Lariviere, New Wind

  • La chaufferie de Ginko
    Sujets traités > bordeaux, Bouygues, Brochet-Lajus-Pueyo, Cofely, Engie, François Gérard, Ginko

  • Les puits de pétrole d’Arcachon
    Sujets traités > Arcachon, Cofely, Engie, Gironde, Les Portes du Pyla, pétrole, Pichet, Teste-de-Buch, Tom d’Aqui, Vermillon

Be Sociable, Share!