YUMI CLUB MED 2

Aux Maldives, le nouveau village Club Med Villas de Finolhu vise l’autonomie en énergie, grâce à la seule lumière du soleil.

Finolhu Club Med panneaux

Conçu par l’architecte Yuji Yamazaki, le resort est constitué de 52 villas, sur pilotis ou sur la plage, situées dans l’île-hôtel de Gasfinolhu dans l’atoll de Male Nord. Un peu plus de 6000 m2 de panneaux photovoltaïques (d’une puissance de près d’1 MWc et générant en moyenne 700 kWh les jours ensoleillés), esthétiquement intégrés aux bâtiments, et associé à un parc de 64 batteries d’une capacité de stockage de 1500 kWh, suffisent théoriquement à assurer l’autonomie énergétique du site qui peut accueillir, entre le personnel et les clients, près de 200 personnes.

Finolhu view

Même si l’architecte s’est efforcé, dès la conception, de réduire les consommations d’énergie, en veillant par exemple aux orientations des fenêtres et en tirant partie au maximum de la ventilation naturelle, il n’a rien sacrifié en matière de confort ni même de luxe. Chaque villa dispose de l’air conditionné, du wifi, d’une télé à écran plat et d’une piscine particulière !
« Ces équipements sont encore trop gourmands, et nous empêchent d’être à 100% en autoconsommation grâce au solaire », tempère Agnès Weil, directrice de la Responsabilité Sociale et Environnementale et de la Fondation Club Med. Dans une des villas du resort, un travail renforcé sur l’isolation et la performance des équipements a démontré que l’on pouvait cependant s’en approcher…

L’île de 5 hectares dispose aussi d’un spa, d’une grande piscine à débordement et d’un restaurant de 100 couverts. On part quand ?

YUMI CLUB MED

L’engagement du Club Med en matière de développement durable et d’énergies renouvelables n’est pas une nouveauté. En 1978, il disposait dans son village des Boucaniers en Martinique de la plus grande centrale solaire thermique d’Europe ! Aujourd’hui dans de nombreux villages, le Club Med continue d’utiliser le solaire thermique mais aussi, de plus en plus, la récupération de la chaleur de ses groupes froids. «Le recours aux énergies renouvelables ne doit être ni un gadget ni un alibi, souligne Agnès Weil. Si nous continuons à explorer de nouvelles pistes, nous veillons à ce que nos innovations soient « gagnant-gagnant » pour notre clientèle et pour l’environnement. Notre travail sur la performance énergétique nécessite la complicité de tous les acteurs : propriétaire immobilier, exploitant hôtelier, services techniques mais aussi utilisateur final. C’est un travail à long terme».

Posts similaires:

Be Sociable, Share!