Afrique vue du ciel (couv)

Comme le rappelait récemment l’ancien Secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, il n’y a aucune raison de penser que l’Afrique sera obligée de choisir entre croissance économique et développement à faible émission de carbone. Bien au contraire, elle pourrait être le premier continent à voir émerger une nouvelle économie faible en carbone, permettant à la fois le contrôle du changement climatique et la réduction de la pauvreté. Un défi auquel s’attaquent d’ores et déjà un certain nombre de start-up cleantech et d’inventeurs africains, en attendant que les financements permettent de donner à leurs projets une envergure plus grande.

ENR-en-Afrique1

Nombre d’experts, et en particulier l’Africa Progress Panel, l’ont constaté : le défi que doit surmonter le continent est de taille. 621 millions d’Africains n’ont pas d’accès à l’électricité, la consommation d’électricité de l’Afrique est inférieure à celle de l’Espagne et, si les choses devaient continuer à évoluer selon le rythme actuel, il faudrait attendre l’année 2080 pour que tous les Africains puissent s’éclairer, se climatiser, etc. Selon l’Agence Internationale de l’Energie, l’Afrique subsaharienne est la seule région du monde où le nombre de personnes privées d’accès à l’électricité devrait encore augmenter dans les prochaines années, si un changement de braquet n’a pas lieu prochainement. Difficile, mais pas impossible. D’autant que le continent bénéficie d’un fort potentiel en matière d’énergies renouvelables
D’après le cabinet de conseil Mc Kinsey, la production d’énergie solaire pourrait se développer jusqu’à représenter près de 17 % de l’énergie produite en Afrique en 2040. Le potentiel hydraulique techniquement réalisable en Afrique est estimé à plus de 1,844 térawatt par heure chaque année, soit trois fois la consommation annuelle de tout le continent. La géothermie ou l’utilisation du gaz naturel sont d’autres pistes à explorer afin d’accroître la production d’électricité en Afrique.

Rethaka

Les innovations en matière d’électricité sont capitales pour le développement de l’Afrique et force est de constater que, malgré des moyens limités, les initiatives se multiplient sur le continent. De nombreux pays africains ont ainsi gagné des points dans le classement de l’indice mondial de l’innovation. Maurice, l’Afrique du Sud, le Nigeria, le Sénégal et l’Ouganda font aujourd’hui partie de la liste des « nouveaux acteurs » de l’innovation, et ce grâce à des projets ayant notamment vu le jour dans le secteur énergétique.

Au Rwanda, Henry Nyakarundi a ainsi mis au point la Mobile Kiosk Platform, une unité mobile de recharge électrique pour téléphones portables. Le jour, deux panneaux solaires chargent la batterie centrale, qui peut également être alimentée par un système de pédalage la nuit ou par temps nuageux. Au Sénégal, une machine électro-thermique récemment développée permet de décortiquer cinq kilogrammes de fonio en huit minutes. Cette décortiqueuse ne requiert qu’une puissance de 1,5 kilowatt et affiche un taux d’efficacité de 99 % ! En Tunisie, deux jeunes inventeurs ont développé une éolienne sans pales qui utilise une technologie inspirée des voiliers pour créer une énergie rentable.
Et la liste est encore longue : en Afrique du Sud, une étudiante a développé un plastique produisant de l’électricité par frottement de filaments électriques. Dans le même pays, la start-up sud africaine Rethaka a conçu un cartable écolo, créé à partir de vieux sacs plastique recyclés et équipé d’un panneau solaire alimentant une LED. Et le gouvernement déploie des tourniquets pour transformer les jeux d’enfants en unités de pompage de l’eau potable…

solardrip-woman-news

D’autres idées verront sans doute le jour, les besoins étant nombreux sur l’ensemble du continent africain. Bien sûr, ces projets ne seront d’aucune utilité s’ils n’arrivent pas à trouver les fonds nécessaires à leur réalisation. Aussi, les investissements étrangers dans le secteur africain des énergies renouvelables seront indispensables afin qu’électricité verte et progrès économique et social ne soient pas de vains mots.
En l’état actuel des choses, des initiatives existent déjà pour permettre le financement de jeunes start-up cleantech prometteuses, à l’instar du prix EDF Pulse, récompensant les idées les plus novatrices exploitant le potentiel de l’électricité. Une distinction qu’accompagne une importante dotation financière, accordée il y a peu à un projet sud-africain s’attachant à éclairer via la technologie LED les bidonvilles du pays. Enfin, Energies pour l’Afrique, la fondation de Jean-Louis Borloo, vise à créer un plan de financement, à l’échelle internationale, pour électrifier tout le continent.

Kofi-Annan-profile

Pourtant, si certains ont compris l’urgence (et l’intérêt) à investir dans les projets des « Géo Trouvetou » africains, ces exemples sont encore loin de constituer la règle. L’Afrique souffre toujours d’un manque cruel de financements, ces carences retardant d’autant son développement (durable). Si le continent doit donc travailler à attirer davantage les investisseurs, il est impératif qu’il veille également à mieux répartir ses propres richesses. L’Africa Progress Panel incite ainsi les Etats africains, qui versent chaque année 21 milliards de dollars de subventions à des services publics jugés inefficaces, à mieux employer ces sommes. Il s’agit également de réserver une part plus importante à l’innovation et au développement des énergies renouvelables, alors que les opérations de maintenance du réseau engouffre actuellement 75 % des dépenses énergétiques des gouvernements.

Un article de Nicolas Bressant, chargé de projet européen dans l’innovation et blogueur.

Posts similaires:

  • Les chambres froides solaires
    Sujets traités > Afrique, Cold Hubs, Nigeria, Nnaemeka Ikegwuono, stockage solaire

  • Les drones livreurs
    Sujets traités > Afrique, drone port, Kibuye, Kivu, methane, Mobisol, Norman Foster, Redline, Rwamagana, Rwanda, Zipline

  • Une ONG éclaire les pauvres
    Sujets traités > Afrique, barefootcollege, écoles, éducation, Inde, ONG, paysans, solaire, villages

Be Sociable, Share!