ROUTE NEIGE

Après Wattway, la route solaire développée par Colas, voici Novatherm, la route géothermique mise au point par Eurovia, filiale de Vinci.

Testées deux ans et notamment pendant le rigoureux hiver 2013/2014, ces chaussées équipées d’échangeurs à chaleur reliés à des capteurs géothermiques, horizontaux ou verticaux, ont démontré leur capacité à se dégivrer et déneiger seules. Mieux encore, la géothermie permet en été d’utiliser toute la surface routière comme capteur de chaleur pour alimenter par exemple des ballons d’eau chaude sanitaire. Evidemment le procédé est reversible et également capable de générer de la fraicheur…

ROUTE_depot-novatherm

Baptisé Novatherm, le démonstrateur testé dans le Doubs avec le soutien de l’Ademe a fait largement ses preuves et pourrait s’appliquer également aux tarmacs des aéroports. Il a reçu le prix de l’innovation Vinci 2015.
L’énergie nécessaire aux routes pour se réchauffer ou se rafraichir qui provient à 80% de la géothermie pourrait trouver son complément électrique dans d’autres EnR. On pense bien sûr au solaire mais aussi à l’éolien.
D’autant que des éoliennes capables de convertir le trafic routier en courant électrique sont actuellement en test en Angleterre, avec le soutien de Shell et que Vinci a déjà eu, il y a deux ans, l’occasion d’experimenter cette technologie

Capture Mobility Prototype from Sanwal Muneer on Vimeo.

Demain les routes produiront plus d’énergie que les voitures n’en consommeront. En tout cas c’est parti en France : la ministre de l’écologie Ségolène Royal vient tout juste d’annoncer, mercredi 21 janvier 2016, qu’elle débloquait une trentaine de millions d’euros pour installer 1 000 kilomètres de routes solaires dans les cinq prochaines années !
Et si on y associait un peu de géothermie ?

Posts similaires:

Be Sociable, Share!