Samuel Ginestet

Samuel Ginestet est un bricoleur. Au sens le plus noble du terme. Dans sa maison de haute montagne en Ariège, il a atteint l’autonomie énergétique. Il se chauffe au bois, a installé des panneaux solaires et vient de réaliser sa picocentrale hydroélectrique …

AU début

« En 1996, j’ai eu l’idée folle d’acheter une bergerie en ruine à 1250 mètres d’altitude. Depuis 5 ans, j’y habite en permanence, bien que ce site complètement isolé ne soit raccordé à aucun réseau », raconte Samuel. Pour rendre habitables ses trois murs de pierres sèches, Samuel Ginestet a accompli lui même tous les travaux. Et, sensible à l’environnement, il s’est naturellement tourné vers les énergies renouvelables.

Après quelques efforts

« J’ai commencé avec un petit panneau et deux batteries que j’ai rapidement fusillées. Finalement, j’ai beaucoup appris de mes nombreuses erreurs » confie-t-il avec humour.
Aujourd’hui il dispose de 3000 kW crête de panneaux. « J’ai en mis un peu à l’est, un peu au sud, un peu à l’ouest, afin d’avoir une production régulière et étalée », détaille-t-il. Il vient aussi de réaliser une picocentrale hydroélectrique qui alimentée par la source qu’il a captée pour s’approvisionner en eau.

Quelques panneaux, au fond le réservoir intémédiaire 3000l

« Actuellement, la source fournit 250 W soit l’équivalent de 6000 W par 24 heures, c’est à dire la consommation moyenne de la maison qui dispose d’un congélo, d’un frigo, d’un ballon d’eau chaude, de plaques à induction d’une machine à laver… Désormais, même quand les panneaux seront recouverts de neige, je ne devrai plus avoir à utiliser mon petit groupe électrogène de secours » se réjouit Samuel. Sa turbine Powerspout fonctionne avec des petits débits (0,1 l/s) mais une grande hauteur de chute (ici 110 mètres). Du coup, avec les 0,6 l/s de sa source, Samuel produit autant d’électricité en 24h qu’avec ses 3000 kWc solaires par temps mitigé. « Qu’il pleuve ou qu’il fasse beau, je remplis mes batteries » conclut-il avec philosophie.

Parc batterie et groupe diesel

Jamais à court d’idée, il vient aussi de fabriquer un dispositif pour récupérer la chaleur des fumées de son poêle à bois (qu’il alimente exclusivement avec le bois que lui fournit gratuitement la montagne dans un couloir d’avalanche voisin). « J’ai fabriqué un double conduit en tôle galvanisée, dans lequel je fais circuler de l’eau. Celle-ci chauffe le plancher et la salle de bain avec une chaleur destinée auparavant aux pattes des oiseaux », décrit-il.

Beauté

Autodidacte et passionné, Samuel Ginestet, dans son refuge isolé, n’a pas attendu la COP21 pour s’engager pour le climat et défendre l’environnement. Un exemple à suivre.
Pour y parvenir, voici ses conseils d’expert :
« Vivez au rythme de la nature et vous ferez des économies: faites votre le lessive les jours de grand soleil. Coupez l’alimentation du cumulus la nuit et remettez-le en route quand le soleil tape
Ne videz jamais vos batteries à plus de 50 % et rechargez les tout de suite.
Si possible prenez des batteries au gel qui peuvent fonctionner en intérieur. A 0° une batterie perd déjà plus de 20 % de sa capacité.
Achetez des composant de régulation (onduleur, chargeur solaire etc.) de qualité. J’en ai claqué beaucoup.
Quelques remarques personnelles : Une simple prise multiple avec rien dessus peut consommer plus de 15 watts, autant qu’une bonne ampoule.
Un panneau solaire avec sa vitre brisée produit encore plus de 80 % de sa capacité.
Dans le meilleur des cas, on ne dispose pas de plus de 50 % de l’énergie produite par les panneaux solaire
».

Crédits Photos © Samuel Ginestet

Posts similaires:

Be Sociable, Share!