Foreuse eau de Paris

Dans le 17ème arrondissement parisien, l’éco-quartier Clichy-Batignolles est en train de sortir de terre. Conçu pour abriter 6500 habitants dans 3 400 logements, 140 000 m2 de bureaux, 31 000 m2 de commerces, 38 000 m2 d’équipements publics et les 120 000 m2 du futur palais de justice, il s’appuie sur la géothermie pour ses besoins en chaleur.

Florence Soupizet

Signe particulier de cette production : elle est orchestrée par Eau de Paris, l’opérateur public en charge de la production et de la distribution d’eau de la capitale.
« Le forage est réalisé dans la nappe de l’Albien, un aquifère qui a pour nous un intérêt stratégique » explique Florence Soupizet, chef du pôle programmation, études et investissement liés à l’Environnement chez Eau de Paris.

Albien

Couvrant tout le bassin géologique parisien, cette nappe d’une profondeur moyenne de 700 mètres, est considérée par les pouvoirs publics comme une réserve d’eau de secours, à conserver précieusement pour alimenter les parisiens en cas de crise majeure. L’Albien offre une eau à 28°C, préservée des pollutions. Eau de Paris dispose de 6 puits de forage pour pouvoir la distribuer. Deux autres puits s’avèrent nécessaires pour une meilleure couverture.

1-Perspective gÇnÇrale ∏ Vectuel - Studiosezz - PBA

L’opération d’urbanisme au nord-ouest de la capitale tombait donc à pic pour faire coup double et mutualiser les coûts : profiter du forage de captage d’eau pour une opération de géothermie. C’est ainsi qu’Eau de Paris devient désormais aussi producteur de chaleur.

Fontaine petillante

Le doublet géothermique de la Zac Clichy-Batignolles sert donc également de puit de captage d’eau potable. En témoigne la fontaine en surface qui propose de l’eau de ville, plate ou gazéifié mais aussi, c’est plus rare, de l’eau ferrugineuse vieille de près de 25 000 ans qui provient directement de la nappe d’eau profonde.

Traitement et stockage

« Elle n’est quasiment pas traitée, nous nous contentons de réduire la quantité de fer », précise Florence Soupizet. Trois autres fontaines à Paris, dans les 13ème, 18ème et 16ème arrondissements permettent de goûter gratuitement à ce grand cru.

Schema Geothermie - EDP

L’installation géothermique est assez conventionnelle : l’eau est puisée à 28°C à 650 m de profondeur, à proximité du Palais de justice, puis grâce à des échangeurs et des pompes à chaleur, elle est convoyée, par CPCU, dans un double réseau : eau chaude sanitaire à 63°C et chauffage basse température à 45°C.

Reinjection pompage

Elle est ensuite réinjectée, intacte mais débarrassée de quelques calories, dans sa nappe souterraine, aux alentours de 10°C. La production de 17 500 MWh/an permet de satisfaire 83% des besoins en chaleur de la Zac.

Pompes à chaleur

«Partout où c’est possible, nous combinons eau et énergie », résume Hortense Bret, directrice de l’ingénierie et du patrimoine chez Eau de Paris. Car, de fait, le distributeur ne se contente pas de diminuer les émissions de gaz à effet de serre de ses process ou de traquer les fuites : il s’engage dans des productions originales d’énergie, dans le cadre de son plan d’action Climat Energie qui vise, d’ici 2020 à consommer 95% d’énergies renouvelables !

Panneauxsolaires_UsineOrly∏EaudeParis

Ainsi le distributeur d’eau recouvre peu à peu ses sites de panneaux solaires : 4 115 m2 sont déjà installés, 11 800 m2 supplémentaires sont prévus sur le réservoir de l’Häy-les-Roses. Plus étonnant, Eau de Paris utilise le réseau parisien d’eau non potable pour produire du froid, ou de la chaleur. « Nous profitons de la température constante de l’eau pour chauffer nos bureaux, par exemple dans notre usine de Saint-Cloud », confie Hortense Bret. Et Eau de Paris climatise déjà ainsi, en partenariat avec Climespace, plusieurs bâtiments de la ville.


Eau non potable, eau d'avenir par eaudeparis

Désormais, boire un verre d’eau de Paris, c’est aussi produire un peu d’énergie.
Et surtout faire du bien à l’environnement !

Posts similaires:

Be Sociable, Share!