Sunflowers

Il y a quelques années, au détour d’un article célébrant les multiples vertus du tournesol, nous vantions les propriétés isolantes de sa tige. Nous nous appuyions alors sur les travaux, remontant à 2004, de Luc Floissac, spécialiste de la construction écologique et chercheur au laboratoire de recherche de l’école d’architecture de Toulouse.

Recolte TOURNESOL Floissac

Un programme de recherche ANR baptisé Demether conduit pendant quatre ans par les chercheurs de l’institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture s’appuie à démontrer scientifiquement l’intuition des écologistes et à caractériser finement les propriétés de ce biomatériau. La conclusion de ces recherches qui ont réuni 7 équipes de recherche pour un budget global de 1,6 million d’euros vient de tomber. C’est une bonne nouvelle : « L’écorce des tiges de tournesol assure une fonction mécanique et la moelle confère aux panneaux isolants de bonnes propriétés thermiques ».

Chitosane

L’originalité de la démarche du programme Demether a été d’ajouter des liants naturels à la fibre végétale. Pour accompagner le tournesol, nos chercheurs ont opté pour un composant qu’on trouve notamment dans les carapaces de crustacés.

Brique tournesol

«Nous avions travaillé par le passé sur les bioadhésifs et les biopolymères naturels. Nous connaissions donc bien les performances techniques du chitosane», explique Jean-Denis Mathias, chercheur à Irstea. Associé aux broyats de tournesol (écorce et moelle de la tige) le chitosane, un composant de la carapace des crevettes, en augmente donc la rigidité mécanique. Autre intérêt de cet additif : ses capacités à réduire la formation de bactéries, moisissures ou autres champignons, accroissant ainsi la durée de vie du matériau isolant.

LUC FLOISSAC

Luc Floissac, en écologiste convaincu, n’a pas attendu les résultats de cette étude pour passer de la théorie à la pratique : « J’ai réhabilité ma maison ancienne de terre crue avec de nombreux matériaux écologiques (copeaux de bois, cannes de tournesol, paille terre …) et construit une grande salle de répétitions et de stages pour ma compagne (Pascale Bravo) qui est chorégraphe et danseuse. Le confort thermique, acoustique et olfactif ressenti dans cet espace est remarquable et unanimement apprécié ». Il en aurait été de même avec les panneaux d’Irstea.
Interrogé sur une éventuelle effluve de crevette, Jean-Denis Mathias se veut rassurant : «Les panneaux isolants que nous avons réalisés ne sentent rien».

demether-vers-une-nouvelle-gamme-de-biomateriaux-a-base-de-broyats-de-tournesol

Plus sérieusement, les travaux d’Irstea offrent un débouché à un sous-produit agricole jusque là non valorisé. «Seules les têtes des tournesols sont récoltées, explique le chercheur. Les tiges sont laissées dans les champs où, en particulier dans le sud de la France, elles peuvent engendrer des champignons ou des maladies».
Le programme Demether a de forte chance de déboucher sur des applications industrielles. «Je suis en discussion pour déposer un projet collaboratif, au niveau national, en m’appuyant sur des pôles de compétitivité et les filières agricoles», précise Jean-Denis Mathias.

prods_isolant

Un dernier chiffre pour conclure. Les panneaux de tournesol comprimé obtenus présentent une conductivité thermique (λ) de 0,056 W/(m.K), soit une performance supérieure ou égale à la plupart des isolants naturels… Avec l’avantage supplémentaire d’être réalisés à partir de la valorisation d’un sous-produit.


Posts similaires:

Be Sociable, Share!