Criteres durables

Le Diester B30 représente une réduction de 61% des émissions de gaz à effet de serre par rapport au gasoil. Les explications d’Isabelle Lemarié, directrice qualité et durabilité chez SAIPOL, la société du groupe Avril qui élabore ce biocarburant végétal.

Isabelle Lemarie

« Les objectifs de la France, dans le cadre européen du paquet climat/énergie (directive 2009/28/CE) sont ambitieux : 23% d’énergie produite à partir de sources renouvelables dans la consommation d’énergie finale brute en 2020. Par ailleurs, dans le seul secteur des transports, au moins 10% de l’énergie utilisée devra être issue de sources durables et renouvelables. Les biocarburants qui ne répondent pas aux critères de durabilité fixée par l’Union Européenne ne seront tout simplement pas pris en compte pour l’atteinte des objectifs des Etats membres.

Durabilite

Parmi ces critères, outre l’origine des matières premières à l’origine de ces biocarburants, leur réduction de gaz à effet de serre vis à vis des sources fossiles devra être, à partir de 2017 d’au moins 50% (contre au moins 35% aujourd’hui).
Voilà le contexte qui nous a conduit à nous pencher de plus près sur les performances du Diester.

2BS

Bien évidemment, les vérifications, et les contrôles, sont opérés, partout en Europe, et à tous les stades de la production, du champs de colza au dépôt de biocarburant, par des organismes indépendants, selon des schémas validés par la commission européenne. De l’agriculteur au distributeur, chaque maillon de la chaine doit être certifié. En nous penchant sur les trois millions de tonnes de graines de colza que nous triturons annuellement, nous constatons que près de 90% sont durables. Nous continuons à travailler sur les 10 % qui ne le sont pas, mais n’utilisons que du colza certifié durable pour la production du Diester.

GES

Pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre, qui là aussi se mesure pour la culture, les process et le transport, nous étions un peu inquiets. Nos valeurs théoriques pour le Diester nous amenaient à 38% d’économie par rapport aux énergies fossiles. Un chiffre suffisant pour les critères en vigueur mais très loin des exigences communautaires pour 2017. Nous avons donc refait nos calculs, en partant de la réalité du terrain. Ainsi, nos cultures de colza de Haute Normandie triturées et transformées en ester B30 dans notre usine de Grand Couronne affichent une performance de 61% de réduction d’émission de gaz à effet de serre par rapport au gasoil. Nous pensons que ce chiffre peut encore s’améliorer : nous travaillons continuellement sur la performance de nos process, notamment industriels. Par ailleurs, il est probable que le référentiel « énergie fossile » soit révisé à la hausse : la production de gasoil aujourd’hui génère davantage de gaz à effet de serre qu’il y a quelques années. Le gain apporté par le Diester serait, de ce fait, encore plus important.

image-partage-grand-couronne

Le Diester, à hauteur de 30% d’incorporation dans le gasoil pour les collectivités, de 8% pour les particuliers, alimente près de 24 millions de véhicules aujourd’hui. Sa performance environnementale est une excellente nouvelle pour la planète et pour les collectivités qui s’engagent activement dans la lutte contre le réchauffement climatique. Ce biodiesel va permettre d’atteindre nos objectifs communautaires, sans nécessiter de travaux d’infrastructures importants ou de rupture technologique. Les collectivités locales, dont les flottes doivent avoir au moins 20% de véhicules propres d’ici 2020 dans le cadre de la loi sur la transition énergétique, vont pouvoir aisément se mettre en conformité sans avoir à changer leur parc automobile. »

Et ainsi aider la France à tenir ses engagements communautaires. Un signal fort alors que Paris va accueillir la COP 21.

Posts similaires:

Be Sociable, Share!