Kayak Anne

Raphaël Domjan est un aventurier du soleil. Vous l’avez déjà croisé sur notre site car il est à l’origine du PlanetSolar comme du Solar Stratos. Son prochain défi ? Traverser dans un kayak électro-solaire le passage du Nord-Ouest, effectuant ainsi une exploration inédite du cercle polaire arctique et testant pour la première fois les performances photovoltaïques sous de telles latitudes.

solararcticpassage-carte-HD

« Ce projet est né de ma rencontre avec la navigatrice bretonne Anne Quéméré. En 2011, elle traversait le Pacifique en kiteboat en même temps que PlanetSolar et nous avions tenté de la localiser lorsqu’elle a interompu toutes les communications suite à une défaillance de son téléphone satellite. Finalement, c’est à terre que nos chemins se sont croisés et nous avons décidé de nous lancer dans cette aventure commune : SOLARARCTICPASSAGE, la traversée du Passage du Nord Ouest à l’énergie solaire« , raconte Raphaël Domjan.

solararcticpassage-schema-hd-2

En réalité, seul le kayak de Raphaël,sera équipé de panneaux photovoltaïques et d’un système de propulsion électrique. Son équipière, qui a déjà traversé l’Atlantique à la rame et passé six semaines à silloner la banquise en kayak, opte pour une embarcation classique : un grand Narak de Nautiraid. Celui de Raphaël sera pourvu de panneaux solaires de 300 watts développés par la société suisse CSEM qui permettront de recharger et d’alimenter en énergie électrique le moteur Torqeedo du kayak mais aussi ordinateur portable, téléphone satellite, caméras, etc.

« Selon nos calculs théoriques, la production photovoltaïque en arctique en été est de 15 à 20 % supérieure à celle de la Méditerrannée, explique Raphaël Domjan. Certes le soleil est bas mais il est présent 24 heures d’affilée. En outre il fait froid, ce qui rend les panneaux plus performants« . L’expédition franco-suisse va permettre de recueillir des mesures qui offriront peut-être de nouvelles perspectives à l’énergie solaire…

Panneau solaire Kayak

Elle va aussi permettre de sensibiliser au changement climatique, dont les effets devraient être très visibles dans le labyrinthe de terre, d’eau et de glace qui relie le Pacifique à l’Atlantique à travers les îles arctiques du grand nord canadien. « Nous prévoyons de rapporter de nombreuses images afin de participer à la COP21 qui se tiendra à Paris à la fin de l’année« , dévoile l’éco-explorateur.

Le départ des deux kayakistes est prévu aux alentours du 20 juin 2015. Pour deux à trois mois d’expédition en totale autonomie. Une aventure extrême et, malgré une préparation rigoureuse, très peu balisée. Comme le confie Raphaël : « Les glaces, les conditions météo dicteront le parcours. On va essayer d’aller le plus possible« .

Gageons que les éléments seront favorables à leur énergie positive, et sans cesse renouvelée !

En attendant, on peut soutenir nos aventuriers avec une petite contribution financière : à partir de 30 francs suisses (environ 30 €), Raphaël et Anne s’engagent à envoyer aux donateurs une carte postale embarquée sur le kayak solaire et qui sera envoyée depuis la poste la plus éloignée de leur périple. Avis aux philatélistes !

Posts similaires:

Be Sociable, Share!