IMG_9335

Le 27 mars 2015, en baie de Douarnenez, SIMEO mouillait dans les eaux du parc national marin de la mer d’Iroise. SIMEO, pour Station Instrumentale de Monitoring Ecologique dans l’Océan.
Car il s’agit en fait d’une bouée de 14 mètres de haut truffée d’électronique et destinée à collecter et transmettre des informations sur les vertébrés marins : poissons bien-sûr mais aussi cétacés, oiseaux ou même chauves-souris.
« C’est assez peu connu, mais les chauves-souris passent en mer lors de migration ou simplement pour chasser certains insectes » explique Erwan Roussel, ingénieur de recherche chez Biotope, société d’ingénierie environnementale qui porte ce projet avec Nke Instrumentation, et deux établissements de recherche : l’IRD et l’Ifremer.

SIMEO Nacelle_nke_Y_TROVEL_04 mars 2015_v4

« Ce projet est une première mondiale. Notre bouée permet à la fois l’observation de la faune aérienne et celle de la vie sous-marine. Les prochains six mois de tests permettront non seulement de valider techniquement notre prototype mais aussi la pertinence des données recueillies et de leur traitement. On va sans doute apprendre beaucoup de choses », détaille l’ingénieur.

Cette innovation majeure pour la connaissance et la protection de la biodiversité marine a bénéficié d’un financement conjoint de l’Etat, de l’Europe et des régions Bretagne et Languedoc-Roussillon.

SIMEO réunit une multitude d’instruments de mesure : radar, sondeur, système vidéo, enregistreurs audio, mesures météo, courantomètre, ainsi que des sondes pour analyser la température ou la salinité de l’eau… Son électronique embarquée lui permet de transmettre à terre la plupart des données qu’elle enregistre (les plus volumineuses sont rapatriées lors des maintenances).
Enfin, la bouée est énergétiquement autonome. Ses multiples panneaux solaires associés à une petite éolienne (une Superwind 350) alimentent des batteries qui lui fournissent l’électricité nécessaire pour recueillir des signaux et les émettre. Si le soleil et le vent faisaient totalement défaut, une pile à combustible à méthanol direct prendrait alors le relai.

Schema SIMEO

SIMEO va nous permettre de mieux connaître les océans. Outil multifonction idéal pour les gestionnaires d’aires marines protégées, elle va aussi servir à réaliser de précieuses études d’impact au service, notamment, du déploiement des énergies marines renouvelables : parc éoliens ou hydroliens, stations houlomotrices…

Crédits photo : © Biotope

Posts similaires:

Be Sociable, Share!