Eolienne velo

Pour ses cinquante ans Roland Janin s’offre un beau voyage. Six mois et 12 000 kilomètres en Argentine, sur un vélo de sa conception, doté de panneaux solaires et d’une éolienne.

gros plan de face

« L’idée est née il y a six ou sept ans, mais je me suis lancé dans la fabrication du vélo il y a 21 mois », raconte l’aventurier. Il a acheté un tricycle couchépour le confort ») puis l’a motoriséje n’ai plus les jambes pour tout faire à la pédale ») et enfin équipé de systèmes de production d’énergies renouvelables : « Je vais parcourir, notamment en Patagonie, de grands espaces inhabités. L’autonomie énergétique était une nécessité » explique Roland Janin.

carte argentine

Roland bénéficie du soutien de son employeur, le fabricant d’horodateurs solaires Parkeon qui lui accorde six mois de disponibilité et prend aussi en charge le transport du vélo jusqu’en Argentine. De quoi, pour l’entreprise, bénéficier d’une bonne communication alors qu’elle s’apprête à se lancer sur le marché sud-américain.

PARKEON

Si nous avons déjà évoqués ici les vélos électro-solaires, c’est la première fois que nous croisons la route d’une éolienne embarquée.

eolienne sortie face

« L’éolienne est placé à l’avant du vélo, elle sert de stabilisateur. Le soir, pendant le bivouac, trois minutes me suffisent pour la planter à l’aplomb de l’essieu avant, et recharger ainsi mes batteries pendant la nuit », raconte Roland.
A Besançon, où il habite, notre passionné d’énergies vertes manque de vent pour tester sa solution. Il a donc effectué ses tests dans des descentes, vérifiant ainsi qu’il pouvait tirer profit des vents relatifs mais aussi utiliser son éolienne pour freiner dans les pentes.
Alors que le jour du départ approche (décollage prévu le 15 décembre 2014), Roland est encore un peu hésitant sur le choix de sa machine, une éolienne Air Breeze achetée sur le Comptoir éolien, qui n’est peut-être pas la meilleure solution pour profiter des vents faibles : « Si des experts en éolien nous lisent et peuvent me conseiller, qu’ils n’hésitent pas à me contacter par mail : roland.janin@orange.fr » .

Vélo de face 2

Pendant son voyage, Roland partagera son expérience sur un blog et sur page Facebook. « A raison de 130 kilomètres par jour et d’une vitesse de croisière de 35 km/h, j’aurai largement le temps de faire des rencontres, mais aussi de relever précisément mes captages éoliens et solaires » promet-il.

On ne manquera pas de le suivre et de vous tenir informés.

Posts similaires:

Be Sociable, Share!