Link and go

Elle n’a pas été mise au point par Google sur les routes de Californie, mais par Akka, une société française d’ingénierie et de conseil, avec le soutien du Conseil Général des Yvelines !

CG Yvelines

Baptisé « Link & Go » ce concept car électrique peut fonctionner, au choix, en mode manuel, ou en mode autonome. Dans ce dernier cas, non seulement le volant se retracte mais la banquette avant se retourne pour faire face aux passagers (dos à la route donc), façon salon !

Volant

Philippe Obry, responsable de l’innovation du groupe Akka, explique: « Nous souhaitons remettre l’utilisateur au centre du projet. Au-delà de la conduite autonome, il s’agit d’offrir une palette de services connectées. Le véhicule est une « learning machine » : elle est capable d’apprendre et de s’adapter. »

Philippe Obry et Olivier Sappin

Déjà, la « Link & Go » est capable d’évoluer dans n’importe quel environnement. Munie d’un double Lidar (laser de télédection) elle cartographie elle-même, en temps réel, son environnement, et ne dépend donc ni du réseau ni d’un GPS. Enfin ses multiples caméras et ses lasers lui permettent de détecter les obstacles à proximité : cycliste, animaux, ballons…
Mais, en partenariat avec les ingénieurs de Dassault Systèmes, les chercheurs d’Akka comptent bien réinventer en profondeur l’usage de la voiture. Côté connexion (le « Link« ) ils sont en train d’analyser toutes les données routières que leur a transmises la ville de Bordeaux pour les transposer en services à l’usager (analyse du trafic, des feux de circulation, des itinéraires…). Côté route (le « Go« ), dans la prochaine version de la « Link and Go » la suspension, la direction et le moteur seront intégrés dans un seul bloc compact. Avantage : quatre roues indépendantes capables de tourner à 180°. La voiture peut ainsi tourner sur elle-même et faire demi-tour sur place. Ou rouler latéralement pour se garer par exemple.
Un seul regret : ce prototype n’a pas vocation à être industrialisé. Akka entend simplement démontrer ainsi son expertise et éclairer l’avenir.

La voiture de demain est visible du 4 au 19 octobre 2014, au Mondial de l’Automobile, sur le stand du Ministère de l’Ecologie, pavillon 2.1, juste devant le stand Diester. Nos voisins ont du talent !

Posts similaires:

Be Sociable, Share!