Climespace cold production power plant at Palais de Tokyo, October 17, 2008.

Nous vous parlons régulièrement de réseaux de chaleur (voir ici ou ici). Mais saviez-vous qu’il existait aussi des réseaux de froid ?
Celui de Paris, Climespace, s’appuie en partie sur l’eau de la Seine pour climatiser 5 millions de m2 de bureaux, commerces, restaurants, services publics…

Trois réseaux parcourent la capitale, au centre, au Nord-Est et dans la zone de Bercy. Plus de 70 kilomètres de tuyaux apportent de l’eau glacée à des sous-stations dotées d’échangeurs thermiques. Car bien sûr, ce n’est pas l’eau de la Seine qui y circule.

CLESPACE-1

La température de la Seine peut atteindre 27° au mois d’août et descendre jusqu’à 4. « En hiver, explique Laurence Poirier-Dietz, Directeur Général de Climespace, nous pouvons donc nous contenter de l’eau de Seine pour refroidir directement, via un échangeur à plaques, l’eau glacée pour nos clients, un procédé économique et écologique appelé free cooling mis en œuvre depuis 2007 ». Celui-ci reprend le principe du SWAC. Le reste du temps, la Seine est tout de même mise à contribution. Ses frigories (l’équivalent glacé des calories) sont employées pour refroidir les groupes frigorifiques et permettent d’éviter ainsi de construire des tours aéro-réfrigérantes.

A4-RESEAU-CLIM

Certaines des centrales de production sont malheureusement trop loin du fleuve de la capitale pour en bénéficier, mais Climespace a d’autres ressources ! Avec CPCU, le champion parisien du réseau de chaleur, l’entreprise puise à 1 800 mètres sous terre, dans l’aquifère du Dogger, une eau à 57° C qu’elle convertit en froid grâce à des thermo-frigo pompes. Ce double réseau de chaud et de froid (que nous nous avions évoqué ici) a reçu le prix de l’innovation aux journées de la géothermie 2012.

CANADA-011

Enfin deux nouveaux sites de production de froid sont en cours de construction. L’un se situe dans les sous-sols de la BnF et alimentera les bâtiments tertiaires du futur quartier Bruneseau et des abords de la gare d’Austerlitz. L’autre se trouvera dans les locaux de la Philharmonie de Paris, en bordure du Parc de la Villette.
Climespace a le goût des espaces insolites : le Palais de Tokyo, le forum des Halles, la station de RER Auber, les Galeries Lafayette abritent certaines de ses centrales souterraines de production de froid, et même des stockages de glace !

principe-RFU

Quelques chiffres pour conclure le panorama. Le recours à un réseau de froid représente, par rapport à une production conventionnelle par des installations autonomes : une diminution de 35% de la consommation d’électricité, de 50% des émissions de CO2, de 90% des émissions de fluides frigorigènes, de 65% de la consommation d’eau et de 80% d’utilisation de produits chimiques. Pour une augmentation de l’efficacité énergétique de 50% ! Bref, à Paris, des clients comme le Louvre, l’Assemblée Nationale, la salle Pleyel, la Banque de France, le Crillon… bénéficient pour leurs usagers, leurs employés et leurs ordinateurs d’une climatisation efficace et respectueuse de l’environnement.

Crédits photos © Climespace

Posts similaires:

Be Sociable, Share!