Egout

Et si on récupérait la chaleur fatale des eaux usées pour produire de l’eau chaude ?
Nous vous avions déjà parlé du système Dégrés Bleus de Suez Environnement, voici maintenant Energido développé conjointement par Veolia Eau, sa filiale travaux Sade et Dalkia.

Très compact, le système s’appuie sur un échangeur thermique spiralé qui transfère les calories des eaux usées (détournées au moyen d’une dérivation) vers un fluide caloporteur qui les convoie vers une pompe à chaleur. Celle-ci se charge à son tour de générer la chaleur nécessaire au chauffage ou à la production d’eau chaude sanitaire et peut aussi générer du froid pour la climatisation.

Schema Energio

« On peut installer indifféremment le système sur le réseau d’assainissement, en amont ou en aval des stations d’épuration. Sous réserve d’un débit suffisant, le système fonctionne aussi bien avec des eaux usées qu’avec des eaux traitées » explique Marc Peraudeau, responsable de l’offre Energido chez Veolia Eau.

Piscine Energido

Ainsi, à Roquebrune-Cap Martin, le nouvel éco-quartier Cap Azur réalisé par Bouygues Immobilier prélève les calories des eaux usées traitées sur la conduite de rejet de la station d’épuration communale pour fournir l’eau chaude sanitaire, le chauffage en hiver et la climatisation en été à 300 logements répartis sur 20 000 m2. « Le système comporte 14 pompes à chaleur réparties dans sept bâtiments, la moitié à basse température pour le chauffage, l’autre moitié à haute température pour l’eau chaude sanitaire » explique Marc Peraudeau. Grâce aux pompes à chaleur réversibles, les occupants bénéficient de la climatisation en été, et même d’une piscine chauffée sur le toit d’un des immeubles ! « La puissance thermique est d’environ 800 KW. En termes de puissance, on peut aussi considérer que les rejets d’un équivalent-habitant permettent de chauffer un mètre carré » analyse le spécialiste.

1371312080

Bien qu’exemplaire cette réalisation n’est pas unique. Le centre nautique Aquarena d’Arras en bénéficie également, ainsi que le prestigieux Cercle des Nageurs de Marseille. Le procédé représente une économie de 75% sur la facture énergétique annuelle pour les bassins d’Arras et de 35 % pour ceux de Marseille.

« Pour avoir un retour sur investissement intéressant, sur six ou sept ans, explique Marc Peraudeau, il faut répondre à des besoins énergétiques les plus constants possibles sur l’année : d’où l’intérêt de cibler cette technologie pour chauffer les piscines. »
Autre élément dimensionnant : le débit d’eaux usées transitant dans le réseau d’assainissement. « Il faut un débit minimum de 10 à 15 l/s, correspondant à un territoire d’environ 8 à 10 000 équivalent-habitant. Et des besoins à proximité immédiate du réseau » poursuit Marc Peraudeau qui engage les collectivités intéressées à faire établir la carte énergétique de leur réseau d’assainissement. Car les eaux usées sont une véritable manne, avec une température quasiment constante (entre 23° en été et 13° en hiver avec une variation très lente) et des calories renouvelables et gratuites en abondance !
A la clé, un chauffage économique et sans émission de CO2 !

Crédits photos : © Véolia Eau

Posts similaires:

Be Sociable, Share!