Champ-cannes-Salazie
34% d’électricité d’origine renouvelable !
Pour réussir cette prouesse qui la place dans le peloton de tête des départements français, la Réunion sait tirer partie de toutes ses ressources. De l’hydroélectricité bien sûr, avec des barrages mais aussi des projets innovants qui profitent de la force des vagues, et jouent de l’énergie thermique des mers. La géothermie en est à ses débuts mais le potentiel des volcans est évalué à au moins 20 mégawatts. Soit, l’équivalent de la puissance éolienne déjà installée sur l’île soumise aux alizés ou de la puissance photovoltaïque raccordée en 2012 (la puissance totale du parc solaire sur l’île représente 153 MW, voir ici les chiffres pour tous les départements).
Mais c’est la biomasse et en particulier la canne à sucre, qui après l’hydroélectricité, fait tourner les turbines et alimente le département en électricité.

Schéma canne_a_sucre

L’île exploite en effet la bagasse, c’est à dire le résidu de la fabrication du sucre à partir de la canne, comme combustible dans des centrales à cogénération. L’année dernière deux centrales thermiques, l’usine de Gol et celle de Bois Rouge ont fourni près de 10% de l’électricité de l’ile à partir de bagasse!
Le département de l’océan indien prévoit d’atteindre son autosuffisance énergétique d’ici 2030. La canne à sucre est un des moyens d’y parvenir !

Pour en savoir plus, consultez l’agence régionale de l’énergie à la Réunion.

Crédits photos :
En Une: Thierry Caro
Schéma canne à sucre : Tereos

Posts similaires:

Be Sociable, Share!