François Clément 1
Un retraité invente une hydrolienne

L’annonce a été faite par le Président François Hollande en personne lors de la conférence environnementale du 21 septembre 2013. La France lance un appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour l’installation de parcs d’hydroliennes pilotes au large des côtes françaises. Et le 30 septembre dernier, à Cherbourg, le Président a annoncé 30 millions d’euros de subventions pour chacune de ces fermes pilotes !

Des nouvelles qui font sourire François Clément. A 74 ans, ce retraité de Lorient a inventé un nouveau type d’hydrolienne pour lequel il a déposé un brevet. « Je suis convaincu du potentiel de ma machine » clame son concepteur.
Pourtant, malgré l’annonce présidentielle, l’hydrolienne de Clément ne rencontre guère de manifestation d’intérêt de la part des industriels. « J’ai frappé à toutes les portes pendant six mois sans parvenir à décrocher de rendez-vous » déplore l’inventeur qui souligne toutefois le soutien que lui ont apporté des ingénieurs du très sérieux DCNS.

Inventeur indépendant, François Clément n’est pas un farfelu. En 1991, il recevait la médaille d’or du concours Lépine pour un passe-amarre de son invention. Commercialisé par la société d’accastillage Plastimo, son passe-amarre s’est vendu dans toute l’Europe. Avec quelques amis, il a constitué le club d’Autogire Sud-Bretagne. Ensemble, ils ont fabriqués de toutes pièces des engins volants à rotor (avec lesquels il lui est arrivé de voler) ainsi qu’un hydroglisseur capable de décoller avec un moteur de 3cv.

François Clément combine ses passions pour la mer et les airs avec son hydrolienne. « C’est toujours une histoire de fluide » sourit-il. Des ingénieurs se sont penchés sur ses plans et ont pris au sérieux sa machine. Celle-ci ne ressemble guère aux autres, avec trois panneaux montés sur des charnières autour d’un axe central. De plus, à l’instar de l’hydrolienne immergée dans la Loire (voir notre article) son engin est installé sous une structure flottante, ici un catamaran, afin d’être mobile ce qui facilite sa maintenance. « Mon hydrolienne fonctionne avec les courants de surface, même faibles, et sans impact sur les fonds marins ou de rivière. Nous sommes en train de réaliser un prototype de 3 mètres pour démontrer la performance de mon invention ».

Hydrolienne Clément

L’inventeur se débrouille seul, avec cinq ou six copains qui lui donnent un coup de main trois jours par semaine. Le septuagénaire compte aussi recourir au crowdfunding et à des plateformes comme Ulule. D’autant que son budget ne s’évalue pas en millions…
«La coque du catamaran est terminée. Il nous faut 5000 euros pour réaliser la structure en inox sur laquelle sont fixés les panneaux de polyester stratifié. Enfin, notre petite équipe recherche aussi quelqu’un pour l’aider à rédiger des brevets et des descriptions qui permettront de lever des fonds » souligne François Clément. Avis aux amateurs du côté de Lorient ou Ploemeur.

Crédits Photo et image : François Clément

Posts similaires:

  • L’hydrolienne pour tous
    Sujets traités > Barrage de Gatineau, bordeaux, Canal de la Neste, Châtellerault, EcoCinetic, hydrolienne, pico-hydrolienne, Salon des maires 2013, Tonnay-Charentes

  • Lorient fait feu de tout bois !
    Sujets traités > Biomasse, bois énergie, chauffage, chauffage bois, énergies renouvelables, Lorient

  • L’hydrolienne entre deux eaux
    Sujets traités > Aquitaine, Blue Shark Power System, chantier Couach, écoparc de Blanquefort, hydrolienne, Philippe Rebboah

Be Sociable, Share!