inductionbus1

Et si la route devenait électrique ?

Ce mois d’août la nouvelle a été reprise par toutes les rédactions et présentée comme une première mondiale. En Corée du Sud, à Gumi, des câbles sous la route alimentent des bus électriques par induction. C’est le même principe qui permet la recharge sans fil des téléphones grâce à un champ électromagnétique. Des dalles judicieusement placées là où les bus marquent un arrêt permettent de recharger les batteries tout le long du parcours. Après le Gangman style, le Gumi bus. Ils sont trop forts ces coréens !

Sauf que… cette technologie n’est pas nouvelle. Le canadien Bombardier est en train de la déployer à Manheim, en Allemagne, où il la teste depuis des années.

Bombardier - Primove

Les hollandais de Den Bosch et les anglais de Milton Keynes l’utilisent d’ores et déjà. Mais surtout une trentaine de bus à Turin et à Gènes ont recours à l’induction depuis 2002 ! 11 ans avec zéro pollution, les italiens sont nos champions en cette semaine européenne de l’éco-mobilité.

IPT Charge Bus

Toutefois notre jury FLPA tient à décerner deux mentions spéciales.
Une pour le bureau d’étude Studio Mango (Pays-Bas) et son abribus qui conjugue énergie solaire et induction.

solarcurvebus - Mango

L’autre pour la Phantom Experimental Electric 102 EX, la première Rolls Royce à induction. L’éco-mobilité doit parfois savoir être un luxe.

rolls-royce-electric-phantom-102ex-photo-396333-s-520x318

Posts similaires:

Be Sociable, Share!