Photo : AtlanticRéduire l’impact environnemental de nos maisons est un enjeu de taille aujourd’hui, qui passe par la limitation de la consommation d’énergie pour chauffer et refroidir. Cela passe bien entendu par l’utilisation d’EnR, comme la géothermie. Et pour cela il existe un système non pas actif, mais passif : le puits canadien.

Avant de commencer à penser chauffage ou climatisation, pourquoi ne pas commencer par limiter nos besoins thermiques. Cela passe bien sûr par une bonne isolation, mais pas seulement. Vous pouvez préchauffer ou pré-refroidir l’air, grâce à un système d’utilisation passive de l’énergie géothermique, à savoir le puits canadien.

Pas besoin de pompe à chaleur donc pour capter les calories présentes dans la terre, quand on parle de puits canadien. En effet, il s’agit de tuyaux de 20 à 50 mètres de long pour 18 à 25 cm de large, enterrés à un ou deux mètres sous terre. Une entrée d’air permet à l’air extérieur de pénétrer dans les tuyaux et de circuler ainsi sous la surface de la terre. À cette profondeur, le sol est plus chaud que l’air ambiant l’hiver et inversement l’été.

Ensuite, l’air qui a capté les calories du sol, est injecté dans la maison, via une VMC (ventilation mécanique contrôlée). C’est donc un air plus chaud ou plus froid qui entre dans votre maison, sans aucune consommation d’énergie fossile ni d’électricité. Grâce à cela, vous bénéficiez d’un gain de 5 à 8°C. Ce qui limite donc considérablement le recours au chauffage ou à la climatisation, le tout de manière écologique.

Posts similaires:

Be Sociable, Share!