La société Helioclim a développé une solution de climatisation solaire réversible. Une belle innovation dans le secteur, récompensée par le Grand Prix 2011 du Trophée des Energies Renouvelables de l’ESSEC Business School ALUMNI. Yannick Godillot, PDG d’Helioclim, revient sur ce projet prometteur pour l’énergie solaire !

FLPA : Helioclim est une toute jeune société, comment est né votre projet de climatiseur solaire ?
Yannick Godillot : La société a été créée en avril 2011 mais nous travaillions déjà sur ce système depuis un an environ. Helioclim réunit quatre ingénieurs issus de l’aérospatial. Nous avons pensé que nos compétences pouvaient être utiles pour le secteur des EnR.
Nous avons été portés par un constat simple : l’énergie solaire, qui est l’une des plus intéressantes a priori, est assez difficile à développer. La période de sa disponibilité maximum en été ne correspond pas à nos besoins qui se concentrent en hiver ; elle demande des investissements assez lourds pour une utilisation limitée sur quelques mois. Un système de climatisation réversible fonctionnant au solaire nous a semblé le plus pertinent. Avec un même appareil, on peut ainsi produire du chaud ou du froid.

FLPA : Concrètement, comment fonctionnerait cet appareil tout au long de l’année ?
Yannick Godillot : Il s’agit en fait d’une pompe à chaleur, mais qui ne fonctionne pas à l’électricité. L’énergie solaire absorbée permet d’alimenter la machine, qui distribue de la chaleur ou de la fraîcheur selon les besoins. L’énergie peut être stockée. Mais il est aussi possible de faire appel à une énergie de relève telle que la biomasse bois ou le biogaz : de cette manière, l’appareil fonctionne en continue avec ou sans solaire, dans toutes les régions.

FLPA : Quels types d’habitats pourraient adopter ce système ?
Yannick Godillot : Nous sommes principalement tournés vers les collectivités, les centres commerciaux, hôpitaux ou encore le résidentiel collectif. L’autre atout de ce système, au-delà du solaire, est d’amplifier l’énergie : pour 1 kW de solaire récupéré, l’appareil fournit 1,6 kw de chaleur. C’est aussi vrai pour l’énergie de relève utilisée en complément. Cet argument a de quoi convaincre !

FLPA : Envisagez-vous de proposer ce climatiseur réversible aux particuliers ?
Yannick Godillot : Nous sommes pour le moment en phase de développement. Nous travaillons sur la mise en place d’un prototype, sur ce début d’année. Nous souhaitons ensuite proposer cette solution et entrer dans une croissance industrielle, entre 2013 et 2017.

FLPA : Au-delà de cette innovation dans le secteur solaire, votre société est-elle portée par une logique de développement durable ?
Yannick Godillot : Nous essayons de répondre à un problème énergétique mais aussi social. C’est pourquoi nous souhaitons produire localement, en embauchant. Nous sommes actuellement 5 associés, dont deux salariés, et nous visons une embauche progressive jusqu’à 60 ou 80 personnes d’ici 2017. Nous serons aussi très attentifs aux prix : ce climatiseur solaire doit être une vraie alternative et pour cela, être accessible.

Pour aller plus loin :
www.helioclim.fr

Crédit photo – Yannick Godillot

Posts similaires:

Be Sociable, Share!