Le Comité de Liaison des Energies Renouvelables (CLER) est une association réunissant plus de 200 professionnels sur tout le territoire français. Elle assure un travail de terrain mais également des actions d’information et de sensibilisation. Raphaël Claustre, son directeur, nous aide à découvrir cette structure efficace et pleine de projets !

FLPA : Pouvez-vous nous raconter l’histoire du CLER et la raison de sa création ?

Raphaël Claustre : Le CLER a été créé en 1985. Il s’agissait au départ d’un mouvement associatif lancé par des acteurs locaux pour défendre les énergies renouvelables. Puis il a été décidé d’ouvrir l’adhésion aux entreprises et professionnels de l’énergie, afin d’unir nos forces. Aujourd’hui, le CLER rassemble 210 membres : des collectivités, des entreprises mais aussi des associations. Nous sommes finalement la délégation nationale d’organismes locaux.

FLPA : Vous réalisez un gros travail pour informer sur les problématiques énergétiques. Quels sont les médias accessibles au grand public ?

Raphaël Claustre : Nous avons des publications, principalement destinées aux collectivités et professionnels, mais qui peuvent aussi intéresser le public. Récemment, nous avons par exemple publié un guide : « Un parc solaire au sol dans mon territoire » (NDLR : disponible sur le site).
Par ailleurs, nous venons de mettre en ligne un espace de documentation très important, avec 22 000 références sur les énergies renouvelables. Nous avons accumulé de nombreuses informations depuis des années, en étant abonné à tous les magazines touchant aux énergies renouvelables, en réalisant des résumés de livres. L’internaute pourra consulter tous ces éléments d’information grâce à deux modes de recherche.

FLPA : Le CLER propose des actions de sensibilisation originales, à l’image de la RES Champions League. Quel est son but ?

Raphaël Claustre : Nous nous sommes inspiré d’une idée allemande, une ligue qui classait les villes selon leur exploitation du solaire. Notre idée, avec ce championnat, était de créer en France une émulation dans les collectivités locales. Depuis deux ans, le concept s’est développé au niveau européen et permet de valoriser les politiques énergétiques en faveur des EnR.

FLPA : Le Comité organise également le concours CLER-obscur, qui met en avant des courts métrages présentant des énergies durables. L’idée est de développer ces énergies par le biais de la culture ?

Raphaël Claustre : La transition des mentalités ne s’effectuera que si le milieu artistique apporte sa contribution. La question de l’énergie n’est pas seulement technique. Nous avons donc décidé de rassembler des films intéressants, que nous voyions passer mais qui ne faisaient pas assez de « buzz » pour être mis en avant sur la durée. Cette année, vingt films ont été sélectionnés. Vous pouvez les découvrir sur notre chaîne Youtube. Les internautes ont pu choisir les trois gagnants en votant, c’est une façon de créer du lien et de la réflexion. L’approche culturelle est essentielle pour progresser.

FLPA : Autre particularité, le CLER propose une section « emploi » avec des informations précises sur les métiers liées aux EnR, mais aussi des offres de postes et stages. C’est une autre façon de préparer l’avenir ?

Raphaël Claustre : Nous sommes un réseau, notre mission est donc de faire circuler l’info. Nous avons été l’un des premiers sites à publier ce type d’offres, il y a 12 ans. Lorsque je suis arrivée à la direction il y a huit ans, une ou deux annonces étaient mises en ligne chaque mois. Aujourd’hui, il y en a plus de vingt !
Le secteur fait l’objet d’un effet de mode et de nombreuses formations autour des énergies durables ont été mises en place. Mais l’on y trouve le pire et le meilleur… Parallèlement, pour aider les jeunes dans leur choix et maintenir un niveau d’excellence, nous avons donc créé la charte de qualité Format’Eree. Elle définit des critères et donne des repères.

Pour aller plus loin :
www.cler.org

Posts similaires:

Be Sociable, Share!