Lors du Congrès national de l’éolien les 18 et 19 octobre dernier à Dijon, les professionnels de l’éolien et la Ministre de l’environnement, Nathalie Kosciusko-Morizet, ont abordé la question des procédures pour mettre en place des parcs éoliens terrestres.

Les quelques 600 professionnels présents au Congrès national de l’éolien ont pu interpeller une nouvelle fois la Ministre de l’Environnement sur le problème des procédures administratives trop nombreuses dont souffre la filière. En découlent un retard de la création de parcs éoliens et donc un frein au développement de cette EnR d’avenir sur notre territoire. Le Syndicat des énergies renouvelables précise d’ailleurs qu’en l’état, les objectifs du Grenelle de l’environnement pour l’énergie éolienne ne pourront pas être remplis (19 000 MW d’ici 2020, contre 6 410 aujourd’hui).

Nathalie Kosciusko-Morizet a tenu à rappeler à cette occasion son soutien à l’énergie éolienne et s’est engagée à réduire et simplifier les procédures. Ainsi, la Ministre a annoncé qu’un guichet unique serait créé, aussi bien pour les procédures de permis de construire que pour les autorisations au titre des Installation classées pour la protection de l’environnement (ICPE). D’autre part, les projets de moins de 30 MW ne seront plus soumis à une autorisation d’exploitation, au lieu de 4,5 MW actuellement. Enfin, elle a ouvert un dialogue avec les professionnels pour engager une simplification du régime des ZDE (Zone de développement de l’éolien) d’ici la fin de l’année.

Face à ces annonces encourageantes, la filière reste mobilisée et va bien entendu prendre part à ce dialogue avec le Ministère pour que soient mises en place des mesures favorisant enfin le développement des parcs éoliens en France.

Photo : Osbern

Posts similaires:

Be Sociable, Share!