Un hôtel écologique et sympathique

Niché à deux pas de la rue Daguerre, dans un joli coin de Paris, Solar Hotel présente un concept innovant dans le secteur hôtelier, fondé sur les économies d’énergie, la convivialité et un tarif très accessible. Franck Laval, dirigeant et fondateur, revient pour nous sur la réussite de ce projet.

FLPA : Comment a été imaginé ce concept d’hôtel écologique ?

Franck Laval : Je dirigeais l’hôtel des Voyageurs depuis une vingtaine d’années, au même emplacement. Et je travaillais aussi pour l’ONG Ecologie sans frontière, dont je suis le Président. Il y a deux ans j’ai souhaité joindre ces deux activités en aménageant un hôtel le plus écologique possible. Nous avons donc réalisé un bilan carbone afin de comprendre ce qu’il nous faudrait améliorer. Nous avons notamment découvert que l’ascenseur représentait 25% de notre consommation électrique ! Grâce aux préconisations qui nous ont été faites, 50 000€ d’aménagements ont été réalisés, principalement pour l’ascenseur, l’investissement dans une chaudière à gaz à condensation, les panneaux solaires sur la façade et le tri sélectif. Le bâtiment datait de 1992, l’isolation était donc assez performante. Aujourd’hui, Solar Hotel est labellisé Clé Verte et Ecolabel Européen.

FLPA : Dans quelle mesure avez-vous réduit votre consommation énergétique ?

F.L. : Nous avons baissé notre consommation d’électricité de 50%. Les panneaux solaires suffisent à couvrir l’éclairage de la façade, de l’enseigne et des spots. La nouvelle chaudière permet une économie de 25% par rapport à la précédente. L’idée était de pousser la démarche écologique au maximum, afin de réduire le bilan carbone de l’entreprise. J’achète donc de l’électricité 100% issue des EnR, par contrat EDF, et je pense me tourner  par la suite vers Enercoop, qui est un fournisseur d’énergie verte militant.

FLPA : De quelles manières les clients peuvent-ils constater qu’ils séjournent dans un hôtel écologique ?

F.L : Nous veillons beaucoup à la signalétique, pour expliquer notre démarche. Dans les chambres, le bois des lits est toujours celui de l’ancien Hôtel des Voyageurs, que j’avais récupéré sur un chantier. Puisque le matériau est en bon état, il est superflu de s’en débarrasser et ceci est expliqué aux clients. La présence de savon liquide dans les salles de bain, plus économique, l’utilisation de produits nettoyants bio ou encore le tri sélectif, tout est présenté clairement. D’ailleurs, le tri sélectif marche très bien. Des poubelles en carton sont présentes sur chaque pallier et tous les clients jouent le jeu ! Il ne reste quasiment plus de déchets dans les poubelles des chambres.

FLPA : Votre clientèle est-elle attirée par ce concept ou vient-elle pour la situation de l’hôtel et son prix ?

F. L. : Le taux de remplissage de l’hôtel est très bon, avec 98 à 99% toute l’année, mais les gens viennent avant tout pour le prix et les services. Le tarif unique pour une chambre est de 69€ et comprend le petit déjeuner 100% bio. Pour limiter l’empreinte carbone, je me fais livrer par Naturalia et Moisan, qui se trouvent au coin de la rue. J’explique à mes collègues hôteliers que ce petit déjeuner de qualité me coûte 25% moins cher ! En plus du petit déjeuner compris, les clients peuvent aussi profiter du jardin, emprunter un vélo gratuitement ou utiliser la wi-fi dans une salle.

FLPA : Votre hôtel est une preuve que l’écologie peut séduire ! Envisagez-vous de le franchiser ?

F. L. : C’est en cours. Mais je n’aime pas l’uniformité, l’idée serait donc de créer une chaîne volontaire d’engagement, avec des critères à remplir, tout en préservant le caractère de chaque hôtel. Il est important de montrer que l’on peut défendre l’écologie simplement, sans culpabiliser. Le secteur hôtelier est encore très en retard, tout particulièrement les hôtels indépendants de une ou deux étoiles.

Pour en savoir plus :
www.solarhotel.fr

Crédit photo – Franck Laval.

Posts similaires:

Be Sociable, Share!