ZDE, voilà un sigle qui peut paraître bien mystérieux. Pourtant oui, il y a bien une EnR là-dessous : l’énergie éolienne. Vous voulez en savoir plus ? Suivez le guide, je vous dis tout sur les zones de développement éolien, communément appelées ZDE.

Les zones de développement éolien (ZDE) ont été créées par la loi POPE (programme fixant les orientations de la politique énergétique) en 2005. Leur but est de permettre un développement de l’éolien sur le territoire en harmonie avec l’environnement. Elle précise entre autre le périmètre de la zone en question ou les puissances maximales et minimales qui peuvent y être implantées. Ce sont les communes qui demandent au préfet le classement en ZDE. S’en suit une analyse du site selon plusieurs critères, à savoir le potentiel éolien, les possibilités de raccordement au réseau électrique, l’intégration dans le paysage…

Ceci étant dit, passons à la partie qui nous concerne, nous les particuliers. Car contrairement à ce qu’on pourrait croire, les ZDE n’encadrent pas uniquement les créations de parcs éoliens. Elles nous impactent aussi, nous qui souhaitons planter une mini-éolienne dans notre jardin ! Et plus particulièrement ceux d’entre nous qui ont décidé de revendre tout ou partie de leur production d’électricité verte.

Et l’impact est loin d’être négligeable quand on envisage un tel projet… En effet, seules les éoliennes implantées en ZDE ouvrent droit à une obligation de rachat de l’électricité produite par EDF, au prix réglementé de 8,2 centimes €/kWh. Et hors de ces fameuses zones ? Et bien là, il n’existe aucune obligation de rachat. C’est donc au bon vouloir des fournisseurs d’électricité membre du Réseau de transport d’électricité (RTE) d’accepter ou non votre demande, au tarif qu’ils choisissent. Un détail de taille quand on souhaite rentabiliser son installation en vendant la production.

Pour autant, il ne faut pas perdre de vue que l’implantation d’une mini-éolienne chez soi est avant tout une question d’engagement écologique et de désir d’augmenter son autonomie énergétique tout en réduisant son empreinte carbone ! Comment savoir si vous êtes en ZDE ? Il suffit de s’adresser à votre mairie, puis à EDF ou à votre fournisseur d’électricité pour connaître les démarches (souvent très longues soyons honnêtes) à réaliser.

Photo : Thibault Roland

Posts similaires:

Be Sociable, Share!