Jean-Louis Bal est Président du Syndicat des énergies renouvelables depuis mars dernier. Il revient pour nous sur les missions et les actions de ce syndicat.

Faites le plein d’avenir : Pouvez-vous nous raconter la création du Syndicat des énergies renouvelables ?
Jean-Louis Bal : Le Syndicat des énergies renouvelables a été créé en 1993 sous le nom de SIPROFER. Il comptait alors une quinzaine de membres qui intervenaient pour l’essentiel dans les DOM.
André ANTOLINI en a pris la présidence de 1998 : le SIPROFER fut alors rebaptisé Syndicat des énergies renouvelables. Il compte aujourd’hui plus de 550 adhérents et représente un chiffre d’affaires de 10 milliards d’euros et plus de 80 000 emplois. J’en ai pris la Présidence en mars dernier.

FLPA : Quelles sont ses missions aujourd’hui ?
JLB : Le Syndicat des énergies renouvelables est l’organisation professionnelle française qui rassemble les industriels de l’ensemble des filières énergies renouvelables : biomasse, avec France Biomasse Energie, bois, biocarburants, éolien, avec France Energie Eolienne, énergies marines, géothermie, hydroélectricité, pompes à chaleur, solaire photovoltaïque, avec SOLER, sa branche photovoltaïque, solaire thermique et thermodynamique.
Notre organisation a pour mission de promouvoir le développement des énergies renouvelables en France, en défendant les intérêts des différents acteurs du secteur et en informant ses concitoyens et leurs représentants des vertus de ces formes d’énergie. Le SER participe, notamment, de manière très active à l’élaboration de textes législatifs et réglementaires.

FLPA : Les actions du votre Syndicat touchent-elles toutes les énergies renouvelables ? Pourriez-vous nous donner des exemples concrets ?
JLB : Nos actions touchent, en effet, toutes les énergies renouvelables, puisque nous les accueillons toutes au sein de branches dédiées pour les plus importantes et de commissions pour les autres.
En outre, nous organisons des journées techniques et des colloques spécialisés : ainsi, le 30 juin, se déroulera notre colloque biomasse, le 7 juillet, notre journée technique Solaire thermodynamique, et en octobre, notre colloque national éolien pour ne citer que les plus proches.
Pour vous donner d’autres exemples, citons le combat que nous avons mené pour la défense de la filière éolienne au moment de la discussion de la loi Grenelle 2, il y a un peu plus d’un an qui, si nous n’étions pas intervenus, tous ensemble et regroupés, aurait connu des contraintes pires encore que celles que nous connaissons aujourd’hui. Nous pouvons également citer le cas de la filière photovoltaïque, qui se trouve, depuis l’arrêté de mars dernier, annonçant une nouvelle baisse des tarifs d’achat de l’électricité produite par cette forme d’énergie, dans une situation extrêmement difficile. Nous nous battons aujourd’hui pour proposer des solutions qui permettent aux entreprises du secteur de survivre.

FLPA : Intervenez-vous dans les politiques relatives aux énergies renouvelables et au développement durable ?
JLB : Nous intervenons en tant que représentants des acteurs économiques en démontrant que les filières « renouvelables » sont fortement créatrices d’emplois dans notre pays, de croissance et d’indépendance énergétique. Nous rappelons tous les jours à tous les niveaux que ces formes d’énergie sont, non seulement indispensables pour lutter contre le changement climatique, mais qu’elles sont aussi devenues les énergies du XXIe siècle.

FLPA : Quel est l’impact de vos actions sur les particuliers ? Peuvent-ils se renseigner directement auprès de vous ?
JLB : Nous ne sommes pas en contact direct avec le grand public, sauf au travers du label de qualité Flamme Verte dont nous avons la gestion. Pour les autres équipements EnR, pompes à chaleur, solaire thermique et photovoltaïque, nous incitons les particuliers à s’adresser à l’ADEME en appelant le numéro vert : 0810 060 050.
Quant à l’impact de nos actions, nous espérons qu’elles sont utiles : ainsi nous travaillons au maintien, au niveau le plus important possible, des crédits d’impôt pour les équipements EnR, à la qualité des équipements, notamment avec Flamme Verte pour le chauffage au bois, et à la qualité des installations : nous sommes en effet fondateurs de Qualit’EnR, qui forme les installateurs.

À visiter :
www.enr.fr

Posts similaires:

Be Sociable, Share!