Lin et polymère biodégradables pour une éolienne

Le lin – cette plante aux délicates fleurs bleues – prend l’air et se glisse de plus en plus dans des endroits insolites, dans des objets où nos grands-mères et leurs torchons n’auraient jamais imaginé le croiser un jour. ActEner vient d’imaginer l’éolienne biodégradable en lin ! Présente sur la plateforme technologique EnR de Fécamp, l’entreprise vient de remporter avec cette idée le prix JEC Innovation Awards 2010 dans la catégorie énergie.

L’éolienne verticale, conçue notamment pour alimenter des systèmes d’éclairage public énergétiquement autonomes, est composée à la fois de fibres de lin et d’une matrice en PLA. Le PLA est l’acide polylactique, un polymère entièrement biodégradable, souvent obtenu à partir d’amidon de maïs. Quant au lin, ses fibres sont compressées, pour en faire des pales particulièrement résistantes.

Les pales et leur support ont été conçus et réalisés selon une technologie dite de « tôlerie composite » dans le cadre d’un projet de recherche regroupant trois partenaires, La Tôlerie plastique, Seinari et l’Université du Havre. Ce processus de fabrication et d’usinage à commande numérique fait appel à des techniques empruntées aux industries de la chaudronnerie et de la menuiserie bois. Le projet a été financé par Oséo.

Les matériaux composites présentent toutes les caractéristiques mécaniques — tant par leur résistance que leur légèreté — nécessaires au bon fonctionnement de l’éolienne, qui est de plus équipée d’un système de sécurité à la technologie brevetée, adéquat pour un fonctionnement par vent fort. Le lin a la fibre verte et solide.

Pour aller plus loin :

– tout savoir sur le lin moderne et innovant

– Interview de Patrick Leroy, fondateur d’ActEner

Crédits photos : © JEC Composites et © Jean-Pol Grandmont

Posts similaires:

Be Sociable, Share!