Le photovoltaïque permet à l’exploitation de vivre

Du ginseng made in Seysses, voilà qui vous requinquera peut-être les hivers prochains. La première graine de ginseng, cette racine médicinale asiatique connue pour ses vertus énergisantes et tonifiantes, a été semée il y a quelques semaines à Seysses, petite commune au sud de Toulouse.
La plante est farouche et sensible, elle ne se laisse pas apprivoiser facilement : elle ne pousse qu’à l’ombre et met quatre ans à faire ses premières racines exploitables. Alors les fermiers ont dû faire preuve d’imagination pour que la plantation — une première en France à cette échelle — soit rentable et dépasse ces contraintes techniques et financières.


Si la racine aime l’ombre, c’est du soleil qu’est venue l’idée : installer des panneaux photovoltaïques sur les 3 hectares de hangars métalliques au-dessus du champ de ginseng. Pendant que les graines de ginseng prennent leur temps pour se développer, à l’ombre sûre des panneaux, les cellules photovoltaïques travaillent et produisent l’électricité dont la revente à EDF couvre les frais d’exploitation de la ferme.


La SAS France Ginseng a l’intention de produire chaque année entre 1 tonne et 1,5 tonne de racine de haute qualité, qui sera sans doute en grande partie revendue à l’industrie pharmaceutique. La démarche est labellisée par le pôle de compétitivité Agrimip.

Pour aller plus loin :

France Ginseng

Crédit photos : France Ginseng et whitney waller sur Flickr, licence CC.

Posts similaires:

Be Sociable, Share!