Arrêter les pales quand les chiroptères tournent

Je ne sais pas vous, mais je suis pour ma part fascinée par les chauves-souris qui tournent à toute allure, avec une agilité incroyable, dans le crépuscule des longues soirées d’été. Leur ordinateur de vol fonctionne grâce à un fantastique système d’écholocation : elles émettent des sons de haute-fréquence qui se réfléchissent sous forme d’écho sur les objets environnant et c’est l’analyse de ces échos qui leur permet de se diriger dans l’obscurité totale.

Elles ne font malheureusement pas bon ménage avec d’autres grandes bêtes agiles : les éoliennes. Si les chauves-souris réussissent en général à éviter la collision avec les pales, elles sont en revanche impuissantes face aux dépressions atmosphériques générées par les pales, qui les blessent mortellement.

Un problème qui semblait sans solution — à part l’arrêt des éoliennes — jusqu’à l’idée développée par la société Biotope qui a remporté le prix « Entreprises et environnement » dans la catégorie « Idée pour la biodiversité » au dernier salon Pollutec, avec son projet Chirotech.

Biotope, entreprise spécialisée dans l’étude de la faune, de la flore, des milieux naturels et des paysages, a mis au point un système de contrôle des éoliennes à distance qui permet d’arrêter les pales quand l’activité des chauves-souris est maximale aux abords des parcs éoliens.

Chirotech est testé depuis 2009 dans le parc de Bouin, en Vendée. Le système aurait permis une réduction de 54 % à 74 % de la mortalité des chiroptères, pour une perte d’exploitation dérisoire, qui ne serait que de 0,1 %.

Pour mettre le projet au point, Biotope a étudié les 34 espèces de chiroptères protégées en France métropolitaine sur 25 sites éoliens, pendant un an, avec des détecteurs d’ultrasons permettant de pointer les pics d’activité et les différentes espèces présentes. Des modèles numériques ont été établis à partir des relevés : reliés à la commande à distance des machines, ils permettent d’arrêter l’éolienne quand le seuil de risque est atteint.

Indice d'activité des chauves-souris

Biotopes va continuer ses recherches pour tâcher de mieux comprendre à quoi jouent les chauves-souris autour des éoliennes. Un projet de suivi vidéo se met en place, afin d’identifier les zones les plus dangereuses pour les chiroptères, et comprendre pourquoi certaines espèces sont plus sensibles que d’autres.

Pour aller plus loin :

la fiche de présentation Chirotech par Biotope (pdf)

Crédits photos : visuels Biotope, photo chauve-souris de virole_bridee sur Flickr, licence CC.

Posts similaires:

Be Sociable, Share!