Une restauration énergique

Le Chefresne, dans la Manche est une petite commune de 303 habitants. Il y a deux ans, la charpente et la toiture de son église du Moyen-âge donnaient des signes d’usure alarmant. Hélas, les maigres ressources de la municipalité ne suffisaient pas à la restaurer…
La construction d’une centrale EPR au nord du Cotentin voyait par ailleurs se multiplier les lignes à très haute tension sur les communes voisines. Une opération pour laquelle RTE dédommageait largement : le réseau tenait à disposition du Chefresne un chèque de 197 000 €. Mais au Chefresne on se méfie de la très haute tension : ça défigure le paysage, stresse les animaux, affecte la production laitière… En plus la commune a pris position contre l’EPR et a été une des premières en France à quitter EDF pour se procurer de l’électricité verte chez Enercoop !

Comment restaurer l’église sans argent en restant fidèle à ses convictions environnementales ?
Grâce aux panneaux solaires. Jean-Claude Bossard, le maire, a sorti sa calculatrice, réuni ses électeurs, consulté le prêtre et convaincu la Région et la Préfecture. «Le projet a été bien accueilli par tous, se souvient l’élu, la seule difficulté a été d’obtenir l’autorisation de la Préfecture, qui le jugeait peu esthétique. Devant la nécessité de sauvegarder l’édifice on a fini par trouver un compromis : installer aussi des panneaux photovoltaïques, non raccordés, sur les zones d’ombre de la toiture». Pour accroître la productivité de l’église, la salle des fêtes a elle aussi été dotée de panneaux solaires, ce qui permet une puissance cumulée de 27 100 watt-crête.

«Cette opération doit s’autofinancer, explique Jean-Claude Bossard. Le projet, qui comprend bien sûr la réfection de la charpente, nous coûtait 130 000 €. Nous avons eu une aide de la Région Basse-Normandie de 15000 € et on a emprunté le reste sur 20 ans pour un coût total de 161 700 €. Nous avons passé avec EDF un contrat de revente sur 20 ans qui va nous rapporter 195 000 €. A peu près la somme que nous proposait RTE pour ses lignes à très haute tension… En clair la vente de l’électricité va nous rapporter 9750 € par an, alors que nous remboursons 8085 €». Même le prêtre est enthousiaste. «Fiat Lux. Et la lumière fut ! se réjouit le père Porée. Le Seigneur nous a donné le soleil, utilisons la création, servons nous de cet allié qui ne présente aucun inconvénient. Le maire et les membres du conseil municipal sont des pionniers, des novateurs, et leur initiative peut servir d’exemple aux municipalités qui ont du mal à venir en aide au patrimoine religieux en péril…»

Vendredi 3 décembre 2010 le consuel est venu vérifier l’installation et son raccordement au réseau. Mise en route prévue ces prochains jours, pour commencer 2011 avec une énergie nouvelle. A cette occasion, le prêtre, mais aussi le pasteur protestant, célèbreront ensemble, dans une cérémonie œcuménique, cette restauration éclairée!

Posts similaires:

Be Sociable, Share!