Géothermie sur la cordillère.

La Guatemala utilise aujourd’hui majoritairement l’énergie hydraulique pour produire son électricité. Cependant, le gouvernement estime que les volcans représentent un énorme potentiel non exploité pour la production d’énergie par géothermie.

Le principe du circuit fermé

Récupérer l’énergie des volcans représente des investissements importants, mais ceux-ci ont l’avantage, à travers la chaleur de leur magma de procurer une source d’énergie fiable et constante. De nos jours, les installations fonctionnent en circuit fermé. Des tuyaux d’eau plongent en profondeur récupérer la chaleur du magma, l’eau se transforme en vapeur et remonte en actionnant des turbines. Qui plus est, les dernières générations de centrales n’ont plus besoin d’aller chercher des températures importantes à des très grande profondeurs. Il suffit d’avoir des températures du sol approchant les 100° C, ce qui n’est pas un problème quand on sait que  la température du magma frise les 1300°C.

60% de la production d’ici 2022

L’objectif du gouvernement est important puisqu’il espère d’ici à 2020 produire 60% de son électricité avec ces centrales géothermiques. Le potentiel estimé approche les 100 MW, mais le pays ne compte aujourd’hui qu’une seule centrale de 20MW. Pour l’atteindre, le pays compte sur la baisse des taxes sur ce secteur, afin d’attirer les investisseurs.

D’autres pays d’Amérique du sud comme le Costa Rica et le Salvador ont aussi commencé à tirer profit des 91 volcans de la cordillère, profitant ainsi de cette énergie propre, sans grand impact environnemental, et qui permet des réductions de CO2. De quoi offrir un modèle de développement à d’autres pays volcaniques !

++ Green&Vert et Prensalibre

Posts similaires:

Be Sociable, Share!