La traque au CO2 est lancée !

S’il est un secteur sur lequel les émissions de CO2 prennent tout leur sens, c’est bien celui du transport ! Avion, bateau, train,  route… la quasi totalité des marchandises mondiales aura emprunté un ou plusieurs de ces modes de transport. Les grandes compagnie mondiales oeuvrant dans le transport de marchandise ont bien compris l’enjeu économique autant qu’écologique d’aller vers un mix de modes de transports moins polluant.

TNT, a ainsi lancé voilà plus de 10 ans un programme ambitieux : « Planet me »  mélant responsabilité sociale de l’entreprise, et impact environnemental. Le mois dernier, l’entreprise au logo orange communiquait sur un objectif de diminution de 45% son indice de CO2 d’ici à 2020 (l’indice représentant un niveau d’émission pour une quantité de bien transportée). Il s’agit donc pour elle de faire baisser quasi de moitié son niveau d’émissions. Sachant que leur métier est justement d’avoir des flottes de véhicules (avions, poids lourds, camionnettes) parcourant le globe, cela passera forcément par un remplacement de la flotte et des schémas différents !

Plusieurs actions simultanées

Dans toutes ses implantations, l’entreprise teste de nouveaux moyens de transports. A Paris en Septembre dernier, 15 véhicules électriques ont fait leur apparition sous les couleurs de la marque. «Nous avons pour ambition de proposer à nos clients des modes de livraisons innovants et écologiques qui s’adaptent aux nouvelles exigences du marché sans pour autant perdre en qualité de service. Ces 15 véhicules parisiens sont une première étape dans la capitale. Nous allons intensifier le déploiement de ce type de véhicules dans les mois qui viennent. Au sein du groupe TNT, nous sommes très actifs dans la recherche de solutions permettant de réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Les études que nous avons pu mener prouvent d’ailleurs qu’à qualité de service égale, les entreprises comme les particuliers, privilégient les livraisons effectuées avec des véhicules propres»explique Eric Jacquemet, Président de TNT France.

A Nancy, l’entreprise a pris le parti de tester les bio-carburants qui lui permettent aussi de diminuer ses taux d’émissions de CO2. A cette fin, elle recourt à un bio carburant constitué de 30% d’ester méthylique d’huile végétale, fabriqué à partir de colza, et de 70% de gazole. Son utilisation permet de réduire de 20% les émissions de CO2 d’un véhicule tout en génèrant de l’activité au sein de la filière agricole française.

A Paris comme à Bruxelle, des vélos triporteurs a assistance électrique sont déjà en fonction depuis un moment, et permettent de livrer dans la capitale près de 12000 clients par mois pour près de 20 000 colis ! Il faut dire que le business model du vélo de livraison sur les derniers kilomètres est infaillible : pas de coût de carburant, peu d’entretien, moins cher à l’achat qu’une voiture, pas de coût ni de problème (PV) liés au stationnement, et peu d’embouteillages ! Résultat : plus d’efficacité, et un gain d’image vis à vis du public.

Le programme est ambitieux, mais la multiplication des initiatives sur toutes ses implantations mondiales devrait voir se démarquer certaines actions exemplaires qui se propageront ensuite au reste du groupe.

++ Planet Me

Posts similaires:

Be Sociable, Share!