Un mode de cuisson gratuit et écologique

Une idée qui ne date pas d’hier

L’idée de cuisiner en utilisant le solaire ne date pas d’hier, puisque le premier « four solaire pour cuisson » connu date de 1767, et fut inventé et expérimenté à l’époque par Horace de Saussure, un naturaliste suisse. Depuis ce temps là, les techniques concernant ces cuiseurs solaires se sont diversifiées; pour autant, la majorité de la population mondiale ne sais pas encore que le soleil permet la cuisson quotidienne des aliments.

Un peu de technique


Ce mode de cuisson peut tout à fait convenir tout au  long de l’année dans les zones tropicales et tempérées, mais on se doute moins que certains l’utilisent aussi au Canada ou dans les pays nordiques pendant 6 à 9 mois sur 12 ! C’est dire les préjugés que nous pouvons avoir sur son efficacité. On trouve différentes techniques de cuiseurs solaires : les fours à caisson, ceux à panneaux ou encore les paraboliques, chacun présentant des avantages spécifiques.

Un mode de cuisson durable

Un des principaux avantages des cuiseurs solaires est bien sûr de tirer parti de l’énergie gratuite du soleil. N’utilisant aucune matière première coûteuse ou polluante, la technique fournit la possibilité de réduire les coûts de cuisson. De plus, grâce à une cuisson lente, les aliments ne sont pas dégradés, n’ont pas le goût de fumée et conservent toutes leurs qualités nutrititives. Le temps de cuisson dépend essentiellement de l’équipement utilisé, de la quantité de lumière disponible, et de la quantité de nourriture à cuire.

Ne nécessitant ni énergie électrique, ni fossile, la propagation de ce principe permettrait de freiner la déforestation due à la collecte du bois pour la cuisson des aliments dans des régions du monde où les populations sont déjà en état de pénurie énergétique, et de diminuer la consommation de gaz naturel ou d’électricité dans les pays industrialisés. En effet, il est des zones ou les habitants n’ont que le bois pour pouvoir cuisiner. Cuire au soleil permet de s’affranchir de cette dépendance.

L’exemple de l’association Bolivia Inti


De nombreuses associations se sont développées pour propager ce mode de cuisson simple et propre à travers le monde. C’est le cas de Bolivia Inti, qui oeuvre au Pérou et en Bolivie, et à déjà diffusé près de 3600 cuiseurs solaires. Avec le principe de solidarité, elle accompagne les populations défavorisées dont le revenu mensuel familial est inférieur à 100 euros par mois.

Ciblant majoritairement les femmes, l’association organise des ateliers de formation avec un vingtaine de participantes afin qu’elles puissent construire elles-mêmes leurs propres cuiseurs solaires avec des matériaux locaux. Les formations se soldent dans une ambiance festive par les tests grandeur nature des cuiseurs solaires. Un suivi est cependant réalisé pour s’assurer de la bonne utilisation du matériel.

C’est grâce au soutien financier de l’association Good Planet (de Yann Arthus Bertrand) que Bolivia Inti espère dans les prochaines années pouvoir dupliquer ses programmes de construction et d’accompagnement afin de toucher encore plus de populations dans les pays d’amérique du sud.

++ Bolivia Inti

++ Atlas cuisine solaire (pour apprendre à construire le votre pas à pas)

Posts similaires:

Be Sociable, Share!