Le chauffage métropolitain

Gardez-vous de critiquer l’air du métro parisien, car il pourrait demain servir à chauffer votre logement ! Attention, nous employons ici le conditionnel, car le bailleur Paris Habitat OPH se veut encore prudent sur l’opération. Néanmoins, ce bailleur (un des plus gros d’Europe, qui gère 120 000 logements) a en charge un vaste programme de réhabilitation qui se veut exemplaire d’un point de vue environnemental, sur un immeuble situé rue Beaubourg, à deux pas du centre Pompidou.

Les visites préliminaires du site on permis de découvrir dans le sous-sol du bâtiment un escalier qui débouche en contrebas sur les rails de la ligne 11 du métro. Sachant que la température de la station Rambuteau est toujours entre 14 et 20° selon la période de l’année, cette chaleur pourrait être utilisée en complément du chauffage urbain. En effet chaque passager émet 100watt de chaleur, celle-ci étant augmentée par les frottements et les moteurs des métros et la position souterraine du métro, lui conférant une très bonne inertie thermique.

L’immeuble est cependant déjà raccordé au chauffage urbain. La pompe à chaleur air/eau qui serait mise en œuvre si la faisabilité du projet est démontrée, permettra de préchauffer l’eau du système de chauffage. Paris n’est pas la première ville à envisager de chauffer un lieu en utilisant le métro. A Oslo, la chaleur de la gare alimente déjà un immeuble de bureau.

Et François Wachnick, chargé de mission à Paris Habitat de préciser : « Nous avons eu de la chance de tomber sur une galerie qui permet de chercher la chaleur directement du métro, sans avoir à payer le coût de cette galerie, sinon ce n’était pas la peine d’y penser ». la RATP a donné son accord pour lancer l’expérimentation sur 2011.

Posts similaires:

Be Sociable, Share!