Le retour des moulins bateaux : une technologie innovante s’en inspire pour produire de l’électricité.

L’existence des moulins–bateaux est attestée pour la première fois en Europe au 6ème siècle dans un texte de Procope. Une bulle du pape Innocent IV les mentionne naviguant sur le Rhône en 1245. Du 13ème au 18ème siècle, leur présence se développe sur tous les grands fleuves européens.
En 2007, il demeurerait encore un exemplaire en Serbie. Comparable à un bateau à aubes en ce qu’il produit sa propre énergie pour se déplacer, le moulin-bateau en diffère en ce qu’il ne se déplace pas, mais récupère l’énergie produite par le courant fluvial pour faire tourner une meule et produire de la farine.

En 2004, David Adrian, ancien officier de marine et ingénieur de l’Ecole Navale, adapte ce principe en remplaçant en quelque sorte la meule par un générateur et la farine par de l’électricité ! En 2006, il présente un prototype Hydro-Gen 1 sous forme de roue à aube prise dans un catamaran-tuyères de 4,50 m sur 2 m, amarré sur le fond marin. Reliée à un générateur, la roue produit effectivement de l’électricité.
Enfin en 2010, David Adrian présente Hydro-Gen 2, technologie dans laquelle la roue à aube est remplacée par une hydrolienne à hélices embarquée et… escamotable ! Positionnée en surface, cette structure beaucoup plus souple que toutes les celles qui existent aujourd’hui peut être déplacée, remorquée ou échouée. L’entretien est très facilité puisque s’opérant en remontant la turbine à hauteur de pont.
Hydro-Gen 1 ou 2 pourraient être utilisés sous peu pour alimenter en électricité un atoll de Polynésie.

– Pour en savoir plus :
Site HYDRO-GEN
LES ENERGIES DE LA MER
-Un article sur Brest-ouVert.net

Credit photo : prototype Hydro Gen 2 photo. © Aquaphile

Posts similaires:

Be Sociable, Share!