EDF teste une solution contre les pics de consommation en Bretagne.
En France, 92% de l’énergie fournie par EDF est produite à partir de sources non émettrices de CO2 (nucléaire, éolien, hydraulique).  Même si le nucléaire pose d’autres problèmes en matière de sécurité et de traitement des déchets, ces sources d’énergie ont l’avantage de ne pas contribuer au réchauffement climatique. Mais quand la température baisse, il arrive qu’elles ne suffisent plus à alimenter les foyers français  dont la consommation liée au chauffage explose. EDF est alors obligé de recourir aux fameuses centrales à charbon, grosses productrices de gaz à effet de serre.
L’année dernière, ces pics de consommation hivernaux ont bien faillit priver la Bretagne d’électricité. Ce n’est donc sans doute pas un hasard si c’est en Bretagne qu’EDF a décidé de tester une solution originale à cet épineux problème.
Via sa filiale Edelia, l’énergéticien a installé dans 700 foyers bretons un boitier qui lui permet de piloter a distance leur alimentation en électricité. Ce dispositif l’autorise, en cas de  surcharge du réseau électrique à « débrancher » pendant un court instant certains appareils domestiques très consommateurs d’électricité comme les chauffe-eau ou les radiateurs. Ces interruptions qui n’excèdent pas 30 minutes ne nuisent pas au confort des usagers mais à l’échelle de la région, permettent de délester le réseau de manière significative et donc d’éviter le recours au vilain charbon…
Au passage, ce programme baptisé « Une Bretagne d’avance » permet aux abonnés de réaliser des économies d’énergie grâce aux coupures provoquées par EDF, mais également via la possibilité de surveiller sa consommation d’énergie en ligne grâce aux informations remontées par leur boitier. L’occasion par exemple, d’observer – et de réduire – « en direct » la consommation d’un réfrigérateur laissé ouvert, celle d’un four en cours de pyrolyse, ou d’une télévision oubliée en veille…
Pour en savoir plus: Une Bretagne d’avance

Posts similaires:

Be Sociable, Share!