Une éco-industrie au cœur du développement local

C’est un géant qui est sorti de terre en à peine deux ans, entre 2005 et 2007. Le site agro-industriel de transformation des oléagineux et de production de Diester du Mériot (Aube) est implanté sur 18 hectares, à proximité immédiate de sa ressource : 1,5 millions de tonnes de graines de colza sont produites dans un rayon de 150 km autour de l’usine. Et pour optimiser ses transports, l’établissement a bénéficié d’un investissement important de la part de l’ensemble des acteurs régionaux qui ont financé et réalisé une plateforme trimodale (route, rail, eau). A cet effet, le Conseil général de l’Aube, la Région Champagne-Ardenne et les communes du Mériot et de Nogent-sur-Seine ont investi, ensemble plus de 12 millions d’Euros ! Un montant qui s’apprécie toutefois au regard de l’investissement de l’ordre de 150 millions d’Euros nécessaire pour la construction de l’usine de trituration, raffinage et estérification…
Cet accès aux voies fluviales et au train permet à l’usine Saipol / Diester Industrie du Mériot d’acheminer les graines ou d’expédier sa production en limitant ses émissions de CO2. L’usine compte passer de six à quinze trains hebdomadaires pour les flux de graines et de tourteaux. Et, dès que l’écluse de Beaulieu sera remise en service, les expéditions d’huiles et de Diester devraient redémarrer de plus belle à bord de péniches. Une démarche qui permet d’éviter la circulation de près de 500 camions par semaine ! Et un choix cohérent avec la politique générale de Diester Industrie qui livre déjà plus de 85% du Diester par voie d’eau ou par pipeline.

 

Le site industriel ne se contente pas de limiter ses émissions de CO2 : il est aussi un acteur essentiel du développement local. Les coopératives et négoces régionaux détiennent 40% du capital de l’usine de trituration/raffinage. Rappelons par ailleurs que la Champagne-Ardenne abrite le pôle de compétitivité à vocation mondiale « Industries et agro-ressources », ce qui en fait un territoire de choix pour le leader français des biocarburants !
Au-delà des opportunités géographiques et des partenariats financiers, c’est une véritable dynamique qui se développe entre l’usine et la région. Création d’emplois bien sûr, mais aussi mise en place de formations avec l’aide, entre autre de l’ANPE Romilly et du lycée Libergier de Reims.
Question environnement, l’usine veille aussi à la préservation des zones humides voisines en collaboration avec l’Association Nature du Nogentais (ANN) en effectuant régulièrement des mesures d’impact. Avant même le début des travaux, des mesures de sauvegarde des espèces sensibles ont été prises : déplacement des lézards des souches, transplantation des violettes élevées ou des Marisques (figue sauvage).
Ultime cohérence, la ville voisine de Troyes, utilise pour sa flotte municipale, 71 véhicules qui roulent avec un taux optimal de 30% de Diester !

Pour en savoir plus : le livret de l’inauguration
Crédit photo : Vue aérienne de l’usine de transformation des oléagineux © P. Bourguignon/DéclicEdition

Posts similaires:

Be Sociable, Share!