L’Alsace, leader mondial de la géothermie profonde.

Depuis plus de 20 ans, des scientifiques et des ingénieurs travaillent sur le site de Soultz-sous-Forêts, en Alsace du Nord, pour faire avancer la connaissance sur la géothermie profonde et mettre au point ses techniques d’exploitation.

Une étape décisive a été franchie le 13 juin 2008, avec la mise en service de la centrale pilote de production d’électricité. GEIE Exploitation Minière de la Chaleur, comme se dénomme désormais cette centrale-laboratoire, est ainsi, à ce jour, le programme de recherche scientifique le plus avancé au monde dans le domaine de la géothermie profonde.


GEOTHERMIE
envoyé par ACSP. – L'actualité du moment en vidéo.

Albert Genter en est le directeur scientifique : « Plusieurs facteurs rendent ce site absolument unique. D’abord la profondeur : on pompe à 5 kilomètres sous la terre. Ensuite le fait qu’on se trouve sur une roche extrêmement dure : le granit. Enfin, le caractère extrêmement salé des eaux anciennes que nous captons, trois fois plus salées que l’eau de mer».

Initié en 1984, grâce à une coopération franco-allemande, le projet Soultz a dû être largement revu pour devenir réalité. « Au départ nous pensions « hot, dry, rock », c’est-à-dire que nous croyions rencontrer du granit, très chaud et très sec dans lequel nous aurions injecté de l’eau. En réalité ce n’est ni hot, ni dry ni même rock ! La température de 200°C à -5000 mètres n’a rien d’extraordinaire, on a trouvé de l’eau que l’on pompe directement, et on travaille essentiellement dans les failles entre les plaques tectoniques… » explique le géologue.

Un sismologue travaille d’ailleurs à plein temps sur le site pilote afin de tirer des enseignements de la circulation des fluides à grande profondeur et de tenter de comprendre les mécanismes physiques à l’origine de microséismes.

Car même si grâce à un tarif de rachat négocié à 20 centimes du kilowatt la centrale de Soultz va pouvoir injecter sur le réseau d’Electricité de Strasbourg les 1,5 Mw d’électricité qu’elle produit grâce à la géothermie (voir vidéo ci-après), le site est loin d’épuiser toutes les possibilités de la ressource. La chaleur n’y est pour l’instant pas exploitée. Il faut dire que ce site a servi à essuyer les plâtres et a plus une vocation scientifique et exploratoire qu’industrielle.

Mais à dix kilomètres de là, on tire déjà les premiers enseignements : à Beinheim, un projet de production de vapeur par forage est à l’étude pour une application de séchage industriel pour la société Roquette. Et à 40 km au nord de l’autre côté de la frontière, à Landau, les Allemands ont monté une centrale de production d’électricité plus performante, en creusant moins profond. Et avec un prix de rachat de 24 centimes du kilowatt…

En savoir plus avec Géothermie-Perspectives
Crédits photo : Photo d’ouverture : C. Weiss/Ademe – GEIE « EMC »

Posts similaires:

Be Sociable, Share!