Un champion hors catégorie

Les chiffres donnent le vertige : près de 500 hectares en friche convertis en centrale solaire d’une puissance de 143 mégawatts !
Un changement d’échelle qui laisse sur place toutes les installations existantes : la plus grande centrale solaire de France, à Narbonne, affiche 7 MW, tandis que le record d’Europe, détenu par la centrale espagnole d’Olmedilla, est de 60 MW.

Le projet avance à grands pas. En juillet dernier, l’Etat, propriétaire du terrain, signait à Toul-Rosières, en Meurthe-et-Moselle, une promesse de bail de 30 ans avec EDF Energies Nouvelles, pour cette ancienne base aérienne, la BA 136, bien connue des amateurs de Teknivals ou de rassemblements évangéliques…

Charge à l’opérateur de dépolluer et désamianter le site avant d’entamer, dès le premier trimestre 2011, les travaux d’installation de cette méga-centrale capable à elle seule de fournir l’électricité nécessaire pour une ville de 62 000 habitants, soit la moitié de Metz. En fait de méga-centrale, il s’agira en fait d’une douzaine d’unités de production de 12 MW chacune. Mise en service prévue en 2012 !

Mais pourquoi installer une telle centrale en Lorraine, une région qui n’est pas particulièrement réputée pour son ensoleillement ? Précisément parce que les départements peu ensoleillés bénéficient d’un bonus de 17% sur les prix par rapport à ceux où le soleil est plus généreux… De quoi, pour EDF Energies Nouvelles, amortir plus rapidement son investissement estimé à 434 millions d’euros.

Posts similaires:

Be Sociable, Share!